L’éloge de l’abeille (s) – le 15 mai en librairie

Le succès médiatique de l’Éloge du ver de terre est tout bonnement incroyable, inattendu ; présent jusque dans le dernier Psychologies magazine !

Magnifique pour la cause du ver de terre, sauf qu’elle n’avance pas 🙁

Ça fait plusieurs années que je frappe à la porte de la Présidence et des ministères pour lui obtenir le statut de réfugié politique, à la politique de développement agricole, mais on me répond toujours… rien. Entendez, quel est son poids commercial ? Rien.

  • Ah, rien, il ne pèse rien, alors qu’il attende son tour car l’avenir des sols nourriciers n’est pas une priorité. Vous vous doutez que les mots ont été mieux choisis, et ils se résument en langage paysan à : Cause toujours beau merle…

Cette année, suite à ma lettre envoyée au président de la République, les ministres de l’agriculture et de l’écologie ont été chargés d’écouter sa cause. En d’autres mots, de m’entendre. Mais, surchargés, l’un n’a pas répondu quand l’autre a chargé… Bref, au fil des décharges, elle a fini dans les mains de quelques commis de l’État, bien loin du poste de commandement. C’est malin.

L’abeille et le ver de terre,
même combat !

Fort du succès, Flammarion nous a commandé l’Éloge de l’abeille. Un nouveau portrait, la suite car leurs destins sont autant liés que croisés. Et dans l’éloge des butineuses, également de nouvelles informations exclusives sur le ver de terre !

Le sommaire

  • AVANT-PROPOS
    • Nous n’aimons pas les insectes
    • L’abeille est-elle un ver ?
    • Si l’abeille disparaissait
  • PARTIE 1
    • Une abeille peut en cacher une autre
    • Apicole ou sauvage
    • Faire l’éloge de l’abeille n’est pas faire celui de l’apiculture
  • PARTIE 2
    • Glyphosate mon amour
    • La fabrique du doute
    • Un amour perturbant
    • Colony Collapse Disorder
      • Des z’amours d’OGM
      • Varroa
  • PARTIE 3
    • Les reines du butinage
    • Mettre le vivant en boîte
    • Les insectes utiles
    • Douées de sensibilité
  • CONCLUSION
    • Qui faut-il sauver ?
    • Être le mâle de l’abeille, c’est ne pas être
  • APRÈS-PROPOS
  • Classification des abeilles française

FEUILLETER

Résumé de l’éditeur

Après le succès de l’Éloge du ver de terre, voici celui de l’abeille.
De l’abeille, oui mais laquelle ?

Car faire l’éloge de l’abeille n’est pas faire celui de l’apiculture, mais des abeilles, ce monde féminin pluriel qui approche les 1 000 espèces en France. Des petites de la taille d’un moucheron, aux grosses comme le bourdon ou l’abeille charpentière, chacune a son caractère, son univers.

Mais ce monde fragile et magique, où les auteurs nous emportent, s’effondre, cloué au sol par un environnement hostile. Pour la première fois, ce livre propose d’autres causes pour expliquer cet effondrement.

Certes, les insectes ont le bourdon… Et vous vous dites que ce livre va vous le donner. Grave erreur ! Et si c’était l’inverse ? Et si ce pamphlet vous donnait envie de butiner la vie ?


Les premiers mots

Une histoire simple

L’abeille européenne, Apis mellifera en latin,
Apis pour abeille, et mellifère pour qui produit
du miel, est un insecte social qui vit en famille
dans une ruche. Une famille monoparentale
composée d’une maman, la reine, d’ouvrières,
ses filles, sœurs et demi-sœurs, et de quelques
garçons, des demi-frères qui ne travaillent pas.

Et dans leur « maison » transformée en une
véritable usine, les abeilles produisent du miel, des
provisions sucrées, car, pendant la morte-saison,
la famille, enfin l’essaim, n’hiverne pas mais vit
replié sur lui-même. Et ce sucre lui sert à se nourrir
et à produire de la chaleur pour se chauffer.

Mais comme les histoires simples finissent
généralement en des histoires à dormir debout,
nous allons vous raconter leur véritable histoire.

Une qui est loin d’être simple, très éloignée de
l’idée que le miel serait un miracle de la nature
ou un cadeau des abeilles à l’humanité, d’autant
que toutes n’en font pas provision !


Le livre sort le 15 mai, et vous pouvez le réserver ici pour le recevoir le 15 dans votre boite à lettres. Les frais de port sont gratuits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *