MILDIOU de la pomme de terre : les variétés qui résistent

Le mildiou de la pomme de terre, un pseudo champignon qui a la patate, puisqu’il peut ravager une culture en quelques jours si les conditions lui sont favorables. Des conditions qui font de cette culture une des plus gourmandes en pesticides. Même en bio !

Une sacrée aubaine pour les marchands de pesticides, une mauvaise pour le ver de terre et toute la biodiversité, une franchement très mauvaise pour les générations futures. Bref, difficile de contenter tout le monde 😪

Et si les pesticides sont le plus grand contresens agronomique avec la fertilisation chimique, le biogaz est sur le point de leur voler la vedette ! Parce qu’il s’attaque directement à l’énergie des sols. La seule alternative aux pesticides et au biogaz serait de commencer par cultiver une autre logique, mais nous ne sommes pas prêts, l’effondrement n’est pas encore assez palpable.

La patate est une vivace

Contrairement aux céréales et autres solanacées comme la tomate ou l’aubergine, la patate est une plante vivace. Mais vivace ne veut pas dire perpétuelle, puisque la durée de vie d’une variété est de 6 à 8 mois max en dehors du sol. Et à l’instar de la vigne et du pommier, les graines ne conservent pas la variété, les variétés de patates se conservant uniquement par la reproduction de leurs tubercules ou par bouturage.

Le mildiou aime la patate

Le mildiou est le nom générique d’une maladie provoquée par : Phytophtora infestans. Autrefois vu comme un champignon, le parasite est aujourd’hui apparenté aux algues brunes, raison pour laquelle un temps frais et humide le favorise. En effet, l’activité biologique de la pomme de terre est réduite en dessous de 10°C, alors que le mildiou devient virulent à partir de 11°C !

Concrètement, il s’implante quand la plante ne peut pas riposter. Et une fois implantée, il se développe à vitesse grand V, favorisé par la succession de périodes de forte hygrométrie (supérieures à 90%) et de variations de températures comprises entre 11°C et 25°C.

La spore, c’est l’équivalent de la graine chez la plante. Elle germe au niveau de l’épiderme d‘une feuille ou d’une tige, puis des filaments blancs appelés mycéliums se développent et pénètrent le tissu cellulaire via des blessures, des piqûres ou les stomates. Le stomate étant la bouche de la plante, l’organe qui lui permet de manger le carbone ! 

Omerta sur la patate !

Le problème des variétés qui résistent au mildiou, c’est qu’elles ne consomment pas de produits ! Il y a par ailleurs une exploitation commerciale du concept, puisque certains marchands n’hésitent pas à proposer des variétés soi-disant résistantes, alors qu’elles sont reconnues pour ne pas l’être… Et celles qui le sont réellement sont vendues à des prix prohibitifs. Le plus simple est de conserver quelques plants d’une année sur l’autre.

La croyance, selon laquelle les plants dégénéraient avec le temps, est un argument commercial. Une variété ne peut pas dégénérer, c’est physique.

Pour nous, tout a commencé le jour…

Où nous avons cultivé une variété résistante ❗Fini le stress des nuits froides et des jours chauds et humides, fini le bleu de la bouillie bordelaise… En revanche, ce n’est pas parce qu’elle est résistante, qu’elle résistera ad vitam æternam. En effet, sans cesse le parasite cherchera un moyen pour pénétrer la plante, à nous de retarder ce moment le plus longtemps possible. Et pour cette culture, qui épuise les sols, l’idéal serait de travailler sur une rotation 7 ans !

Les variétés

Nous avons banni des variétés comme la Ratte ou la Charlotte, car trop sensibles au mildiou. Cette année, nous cultivons de la Limousine (commercialisée sous le nom de Zen), Tentation, quelques Institut de Beauvais (pour la purée), Sarpo bleue du Danube et axoma (pour la conservation), plus 3 variétés inconnues : une qui vient des Canaries, une du Pérou, et une (?)…

En 2017, nous avions réuni 9 variétés pour tester leur résistance aux maladies, le rendement, les saveurs… 5 ans après, nous avons arrêté la Carolus (rendement faible et irrégulier), la Gasore (sans intérêt), la Bleue d’Artois ou de la manche (sans intérêt), la Vitabella et la Sarpo axoma. Les Sarpo mira et axoma sont ultrasensibles à la maladie du cœur creux : jolies à l’extérieur, creuses à l’intérieur 😪

PS. D’une manière générale, toutes les vieilles variétés sont ultrasensibles. Toutefois, si vous en connaissez qui résistent, n’hésitez pas à m’en faire part.


POUR NOUS SOUTENIR, en librairie ou dans la boutique du Jardin.
Nous utilisons PayPal, nul besoin de vous inscrire ou d’avoir un compte,
vous payez directement en CB. Prix : 14 € ACHETER ou en SAVOIR +

4 thoughts on “MILDIOU de la pomme de terre : les variétés qui résistent

  1. Bonjour
    Je plante de l’Allians depuis de nombreuses années en Bretagne sans au cun traitement. Cette variété n’est pas sensible au mildiou et est en plus très goutue. Pour ce qui est des doriphores, le meilleur traitement est manuel, d’abord repérer les larves, puis les doriphores, on les enlève à la main.

    1. Bonjour,

      Ah merci, je ne connaissais pas, et ça fait envie de la cultiver vu sa fiche.

      Bon dimanche

  2. Bonjour Christophe,
    Merci pour ce tableau de variétés. Je ne suis pas d’accord avec toi sur la Limousine, elle n’est pas terrible (sucrée).
    Quand tu auras une minute, dis-nous comment tu règles le problème du doryphore .
    Sinon, attention un excès d’antiBIO ne soigne pas et peut-être mauvais pour la santé.
    Bon dimanche
    Claude

    1. Bonjour,

      Que vient faire l’excès d’antibio en réaction à mon article ❓

      Les doryphores, on les surveille dès le début du printemps, puis on les ramasse jusqu’à l’automne.

      Quant à la limousine qui serait trop sucrée… ‍️❗❗❗ Bon dimanche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.