Présidentielles 2022, j’ai décidé de voter pour

En 2017, j’avais écrit à tous les présidentiables pour leur demander quelles mesures ils prendraient pour protéger le ver de terre. Aucun ne s’est abaissé à me répondre. Idem quand j’avais écrit à Nicolas Hulot en 2016 ou au Président Hollande :

— « La France d’en bas, celle qui est sous nos pieds, est en grand danger. Président, pouvez-vous faire quelque chose avant la fin de votre mandat ? Impulser ou mettre tout votre poids pour que l’État reconnaisse à notre camarade, le ver de terre, le droit à exister. » Le texte intégral est à retrouver dans l’Éloge du ver de terre.

Élection 2022

Fort de cette expérience, je décidais de m’y prendre autrement. D’abord, j’avais 5 ans devant moi pour faire savoir que notre futur dépendait de son avenir. Médiatiquement, le résultat a été excellent (voir). Puis, histoire d’enfoncer le clou, en publiant ma demande au futur (e) président (e) de la République dans Le Monde. Le journal de référence de ce milieu. Et elle a été publiée le 27 février dernier sous le titre : Les vers de terre sont les seuls animaux capables de labourer les sols et de les rajeunir en permanence. Elle commence ainsi :

— « Je concède que la cause peut paraître dérisoire, face aux multiples tourments qui ravagent notre planète… mais quand l’Homme a faim, exprime-t-il dans ces moments-là sa plus belle humanité ? » Parce que la faim et la soif sont la première source d’instabilité d’un pays. Quand on a faim ou soif, on perd vite la boule et on est capable de toutes les violences. Et, par un fabuleux hasard, notre nourriture se trouve là où habitent les vers de terre. Et c’est bien leur extinction qui cause l’érosion des sols, comme le réchauffement climatique cause celui des pôles glacés.

Qu’importe, qu’il soit de gauche, de droite ou du milieu, j’avais donc décidé de voter pour le candidat qui s’engagerait à le protéger. Car en le protégeant, il protégerait par résonnance les sols vivants et l’alimentation de demain. Mais voilà, aucun n’a eu le temps de lire Le Monde ce jour-là 🤣

Alors, le 10 mars, je leur ai personnellement écrit : Si vous êtes élu (e) président (e) de la République, quelles mesures prendrez-vous pour protéger le ver de terre et son habitat ? Lire la lettre. Même punition qu’en 2017 !!! Même Philippe Poutou, le plus rigolo du peloton, ne veut pas voir que notre avenir dépend de son futur. Pas du sien, mais de l’avenir de l’habitat du ver de terre. Et c’est là que le bât blesse, car TOUS sont plus préoccupés par leur avenir que par celui de nos enfants.

D’autant que cette année, je me suis donné les moyens. Outre Le Monde, j’ai publié ensuite dans Marianne : POURQUOI L’OMBRE DE LA FAMINE PLANE SUR L’EUROPE.

J’ai semé dans mon Jardin : LA FAMINE EN FRANCE, UNE RÉALITÉ QUI NOUS PEND AU NEZ

Repiqué dans Minimal : LA DÉGRINGOLADE DES RENDEMENTS AGRICOLES EN FRANCE

Et dans le Marianne du jour : Candidats, quelles sont vos mesures pour le ver de terre ❓ Bref, j’ai plein de publications sous le coude, je vais continuer, mais avec la lucidité de pisser gaiement dans un violon. Quant à dimanche, j’ai 14 possibles à ma disposition et peu de possibilités 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial