Le point sur les vers exotiques TUEURS de vers de terre

À ces vers “géants”, j’ai consacré tout un chapitre de mon livre : Sauver le ver de terre (2020, 300 pages, 8,80€). Et pour relativiser les alertes anxiogènes régulièrement diffusées, je rappelle que la famine est le premier tueur de vers de terre ! La faim TUE, ne tue pas que les vers de terre, c’est aussi la première cause de mortalité de la biodiversité.

Je ne lui connais que des ennemis 😪

Il faut prioriser. La consommation moyenne d’un blaireau moyen est de 100 kg de vers de terre par an ; celle d’un ver géant de quelques dizaines de grammes ! Le régime alimentaire de la taupe est composé à 90 % de vers de terre… Elle en dévore plusieurs kg par an. Et les sangliers en sont si friands, que les dégâts, qu’ils provoquent pour les déterrer, se sont élevés à 50 millions d’euros en 2017. Même les gentils hérissons sont de redoutables tueurs de vers de terre comme les renards. En savoir +

Extraits choisis de Sauver le ver de terre

— En 2018 et 2020, deux alertes nationales ont été déclenchées sur des vers invasifs mangeurs de vers de terre. Présentés comme le « frelon asiatique », titre d’un reportage de France 2 qui nous apprend qu’une espèce dévasterait déjà les jardins : « Ce ver exotique qui dévaste les jardins français… Ce ver détruit en effet la biodiversité et l’écologie des sols… Désormais, on tremble dans tous les jardins d’Europe de l’Ouest… Toute notre biodiversité est donc menacée par ce ver plat exotique. » Et pour que la magie opère, clou du spectacle : « 20 % des vers de terre ont déjà disparu en France. » Difficile d’être plus alarmiste. La presse nationale est unanime : une nouvelle catastrophe écologique se profile.

— 17 juin 2018. Dans le sillage de l’opération Sauvons le ver de terre, et de la sortie imminente de l’Eloge du ver de terre, une information particulièrement bien orchestrée a envahi tous les médias nationaux en quelques heures. Les titres de presse annoncent l’imminence d’une nouvelle catastrophe naturelle ! Et personne n’a vérifié l’information, puisqu’elle vient de Paris !!! Du Muséum National d’Histoire naturelle. En revanche, l’interdiction par l’Europe, d’un fongicide reconnu pour avoir décimé les populations de vers de terre depuis 20 ans, n’a pas fait une seule ligne dans la presse ! Pas un mot sur la picoxystrobine, utilisée en culture céréalière, précisément là où les vers de terre sont les plus menacés, un pesticide reconnu pour avoir empoisonné toute la chaîne alimentaire.

LES TITRES DE PRESSE

— The Conversation du 22/05/2018 : « Des vers géants prédateurs envahissent les jardins français. Dans l’indifférence. » Europe 1 du 24 mai : « Les jardins français envahis par des vers géants… » Et pour enfoncer le clou : « Des vers potentiellement immortels… » Libération : « Comment les vers plats géants ont colonisé les jardins français ? » 20 minutes, LCI, La dépêche… : « Des vers géants envahissent la France et menacent la biodiversité des sous-sols. »

Que sait-on sur les plathelminthes invasifs ?

— Qu’ils vivent sur le sol, et qu’ils sont sensibles au gel et à la sécheresse nous dit le dossier scientifique. Des facteurs sacrément limitants, puisque la plupart des sols cultivés en France sont soumis au gel et à la sécheresse… Limitants, car les endogés et les anéciques vivent dans le sol. Seuls les épigés seraient réellement en danger, mais ils sont rares dans un sol cultivé ; ou à l’occasion les épi-anéciques quand ils montrent le bout de leur nez.

Par contre, quand les conditions climatiques sont favorables, les techniques de couverts permanents verts ou secs, ou les serres pourraient favoriser le développement de ces espèces en leur offrant le gîte et le couvert. Mais ce n’est qu’une hypothèse.

En conclusion

Récemment, j’ai croisé un ver de terre qui avait eu le malheur de croiser une grosse loche rouge. Sa route s’est arrêtée là ! Et vu comme il se tortillait, l’amoureuse de chair fraîche ne lui faisait pas que des bisous d’amour 😪

La faim est la plus grande menace qui pèse sur les vers de terre. Et la méthanisation du carbone des sols, promue par tant d’aveuglés, au nom de l’écologie, risque de finir de les tuer en leur enlevant les dernières miettes de la bouche. À ce sujet, FRANCE 3 a publié cette semaine le premier vrai article sur mon dernier livre : L’agriculture française a-t-elle vocation à nourrir les populations ou à produire du gaz ?

En librairie ou dans la boutique du Jardin.
Nous utilisons PayPal, nul besoin de vous inscrire ou d’avoir un compte,
vous payez directement en CB. Prix : 14 € ACHETER ou en SAVOIR +

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial