Méthanisation : l’ennemi venait de l’intérieur !

Mercredi dernier

Je découvre une publicité cachée pour la méthanisation agricole dans La lettre écologie de Mediapart. Un journal d’investigation qui argue être 100% indépendant ! « Être agronome en contexte de transition énergétique, » le lien renvoie vers une société de conseil spécialisée dans le développement de cette énergie carbonée !

Et pourquoi Mediapart a-t-il récemment lancer sa propre lettre verte ? « Pour raconter les blocages en matière d’écologie » peut-on lire sur son site ! Je venais juste de me réabonner… La claque.

TRIBUNE

Une trentaine de scientifiques ont signé une tribune pour dénoncer pourquoi l’industrie de la méthanisation triche avec les chiffres sur les gaz à effet de serre. Elle sera publiée vendredi prochain dans l’Huma.

Grand remplacement

100 000 fermes en moins ces 10 dernières années !!! 21 % en moins, un scandale, un massacre, un agricide, un AGROCIDE. L’industrialisation de l’agriculture bat son plein avec les encouragements de l’État et des méga fermes esclaves des industriels de l’agroalimentaire. Esclaves et inféodées à la production de molécules pour des produits méga transformés. En vitrine, et pour faire chic, une agriculture de niche, réservée aux plus aisés, produit une nourriture de qualité pour les aisés.

HORS-SOL

Pendant ce temps-là, un agriculteur pleure parce qu’on va lui abattre de force son troupeau de vaches. Victime de l’idiotie de la bureaucratie, victime des normes qui font la part belle aux agro-industriels et aux élevages hors-sol, victime également de la haine de ces inquisiteurs 3.0 qui criminalisent tous les éleveurs. Victime d’un système qui broie la France d’en bas. Parole de sans-dents.

NU COMME UN VER

Le projet est définitivement enterré. Trop de frilosité à se mettre à poil pour des idées. Je suis donc reparti sur un Manifeste pour des sols vivants. Les sols nourriciers, cette ressource non renouvelable et qui existe en très petite quantité sur la planète. Une vraie terre rare aujourd’hui livrée à tous les appétits.

Des scientifiques, des agriculteurs, des écrivains… se sont déjà joints au projet. Le but est d’envoyer le Manifeste à tous les candidats à la présidentielle et aux législatives, afin qu’ils protègent cette ressource vitale pour l’humanité. Un éditeur audacieux aurait été le bienvenu, mais nous allons faire sans, frilosité oblige. Nous lancerons mi janvier un financement participatif pour payer l’imprimeur, les frais postaux…

Cléopâtre

Lancement du Prix Cléopâtre, prix de l’engagement écologique. Cléopâtre ! Nicole Matéos, initiatrice du prix : pourquoi l’avoir appelé ainsi ? « Cléopâtre fit protéger le ver de terre pour protéger les sols nourriciers des rives du Nil. 2000 ans plus tard… » Lire la suite.


125 000 € pour avoir droit
à un procès équitable !

Dans La méthanisation agriculture, une énergie qui sent le gaz, pour illustrer comment museler un lanceur d’alerte avec un minimum d’énergie et un maximum d’efficacité, j’avais pris le cas de Valérie Murat, condamnée à payer 125 000 € pour avoir le droit de faire appel.

Extrait : “Ils” avaient promis de rendre la monnaie de sa pièce à la fille de l’ancien vigneron mort empoisonné par les pesticides. Promesse tenue, en première instance, le 25 février 2021, le tribunal de Libourne condamnait Valérie Murat à 125 000 euros d’amende pour avoir porté atteinte à l’honneur des vins de Bordeaux. La condamnée avait pointé la présence de pesticides dangereux dans des vins vendus comme plus bio que bio. Le tribunal lui a reproché une communication volontairement anxiogène, quand elle dénonçait justement une communication volontairement positiviste de la filière pour dissimuler des vins toujours élevés aux pesticides chimiques.

C’est l’histoire du verre à moitié vide qui a été jugée. Espérons qu’en appel, le tribunal jugera l’autre moitié du verre. Mais le 15 septembre, on apprenait que Les Vins de Bordeaux exigeaient l’annulation de cet appel au seul motif que la militante ne s’était pas encore acquittée de la totalité de son amende. Affaire en cours.

Et le 10 novembre dernier, Les Vins de Bordeaux ont obtenu gain de cause. Valérie Murat est donc obligée de payer ! Chacun appréciera. Elle a lancé une cagnotte : merci de l’aider à obtenir justice.

Épilogue

Suite à la publication de notre Éloge de l’abeille chez Flammarion en 2019, et m’appuyant sur ma formation initiale, liée aux pesticides, j’avais écrit un petit livre pour expliquer pourquoi ils sont intégrés à notre civilisation. Pourquoi jamais personne ne réussira à les faire interdire ? Pourquoi ils resteront à nos côtés jusqu’à notre effondrement ? Classé trop anxiogène, les éditeurs ont refusé mon manuscrit. Mais voilà, Secrets d’info, la Cellule investigation de Radio France, est allée dans le même sens hier.

Depuis 2008, la France a investi près d’un milliard d’euros pour diminuer la consommation de pesticides de 50%. Résultat, la consommation a augmenté de 15%… Résultat, une partie de l’argent a même servi à payer des places de foot ! Résultat, l’alerte a encouragé la consommation… Et pour la méthanisation, aucun signe ne montre que le résultat pourrait être différent.


acheter mon dernier livre, c’est aussi soutenir notre travail.

En librairie, ou sur ce site. Nous utilisons PayPal, nul besoin de vous inscrire ou d’avoir un compte, vous payez directement en CB. Prix : 14 € ACHETER.

Autres offres à découvrir dans La boutique. Les livres sont vendus par et au profit de l‘Association du Jardin vivant. Amis libraires ou revendeurs, veuillez vous adresser à notre distributeur :  Myosiris diffusion 06 24 26 20 90.

6 thoughts on “Méthanisation : l’ennemi venait de l’intérieur !

  1. Salut Christophe,
    Merci encore pour cet article engagé.
    Pour rebondir sur ton idée de manifeste pour des sols vivants, je suis en train de lire le dernier livre de Marc André Sélosse intitulé “L’origine du monde: Une histoire naturelle du sol à l’intention de ceux qui le piétinent”. Je te le conseille clairement comme les autres écrits de ce scientifique engagé.
    Bonne continuation,
    Mattéo

  2. Quant à l’industrialisation de l’agriculture….. D’un côté, on abreuve les citoyens de bonnes paroles ou écrits, on fait semblant de compatir avec “ces braves paysans qui s’occupent de nos paysages et qui remplissent nos assiettes”…. et en même temps (voilà que je parle comme notre président !!!), on pourri le quotidien des agriculteurs, on les empêche d’avoir une rémunération digne. On ne peut pas à la fois signer des traités de libre échange et en même temps (décidément !!) faire croire que l’on veut sauver les paysans….. il y a belle lurette que nos decideurs, coops, industriels, banques, état, syndicat dominant et même une partie des agriculteurs, veulent la peau de la paysannerie et veulent imposer l’ industrialisation de l’agriculture ! N’en doutu ons pas, C’est VOULU !!!
    Quaunt aux pesticides et à la fameuse réduction, cela relève de l’hypocrisie totale. Après tout, les promesses n’engage que ceux qui veulent bien y croire, les pesticides en sont un parfait exemple !!!
    Bon dimanche.

  3. Bonjour Bruno.
    MDR.
    Les cabinets de conseils….. Ouais, ouais, en fait ce sont ces organismes qui s’imposent comme des spécialistes, des connaisseurs, des passages obligés pour incompétents notoires. Ces cabinets de conseils ne sont pas dénués d’intérêts, ils sont là pour orienter, et ils orientent, la pensée donc les décisions…. Partout, nos “élites dirigeantes” (coops, industries, municipalités, banques, état…) font appels à ces fumeux, euh pardon, fameux cabinets conseils. Ainsi, ils masquent leurs incompences et se réfugient derrière ces cabinets. C’est devenu une mode, une obligation comme-ci nous ne pouvions plus prendre de décisions. Surtout, lorsqu’il s’agit de réflexions locales pour des autochtones et nous nous voyons “influencés” par des caninets conseils qui ne sont pas du coin, qui ne connaissent rien du coin et qui manifestement ne font que répliquer la pensée unique qui s’écoule insidieusement dans notre quotidien.
    Vous comprenez, aisément, que pour moi ces cabinets conseils sont bien souvent des profiteurs du système, quelque part, ils ont raisons puisque nous nous acharnons à faire appel à eux contre une rétribution qui relève de l’absurdité… et je suis poli !

  4. Bonjour,
    Il y a 4 journaux que je lis à peu près régulièrement : Reportère, Mediapart, Le Canard Enchainé et Le Monde Diplomatique.
    Je n’ai pas retrouvé l’article que vous citez (je ne suis pas doué) mais peut importe , il y a d’autres articles qui remettent en cause la méthanisation on ne peut pas être d’accord avec tout.
    L’avantage de Médiapart c’est que l’on peut commenter et c’est très important , les lecteurs ne s’en privent pas, ça évite le dogmatisme. (sans l’éliminer)
    Moi je ne suis pas choqué par un lien vers une société de conseil et ça ne veut pas dire qu’ils y sont affiliés ; comme moi je ne suis pas affilié à Médiapart

    Bruno

    1. Salut Bruno,

      Dommage que tu n’aies retenu que cela de l’article.

      Justifier les liens commerciaux cachés dans les articles, ouah, fallait oser m’écrire ça ! Moi qui ai passé ma vie à me battre contre la désinformation, si j’avais accepté ces petits arrangements, car je recevais beaucoup de propositions dans ce sens à une époque, je vivrais aujourd’hui comme un petit bourgeois…

      Mediapart aurait aussi pu faire un lien vers un site non commercial comme https://www.cnvmch.fr/ 🙂

      Bref, bonne journée. Cg.

  5. Merci pour cet article, décidément certains marchés sur la tête. Le pire c’est qu’ils ont trop de pouvoir

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial