Méthanisation. Nous devons revoir notre manière de la penser.

Quand on pense carbone, on pense charbon, CO2 éventuellement, on ne pense pas que le carbone associé à l’hydrogène est la molécule du VIVANT avec H2O. On ne pense pas que ce même carbone, aujourd’hui détourné pour faire de l’électricité verte ou du gaz vert, est à la base des fonctions vitales de tous les êtres vivants.

Bref,

La concentration en CO2 dans l’atmosphère est égale à celle d’il y a 3 millions d’années ! En cause, le carbone enfoui que nous déterrons depuis le 19e siècle. Et quand tu déterres du carbone, tu lui redonnes vie !

Sans eau, tu tires la langue !

Trop d’eau te noie, et pas assez te dessèche comme une momie. Sans carbone assimilable (digérable), pas de Vie sur la terre ferme, pas de vies dans les sols, pas de sols vivants, pas de reproduction de la Vie, pas de reproduction des vers de terre. Eh oui, mes poulets, les vers de terre mangent du carbone actif uniquement quand ils sont ballonnés… 🙂

Des vers de terre qui ne font pas bon ménage avec les poulets. Et des poulets qui vont bientôt être plus nombreux que les vers de terre ! 66 milliards abattus en 2016 ! C’est pour les réguler… 🙁 Dire que ces bestiaux descendent directement des dinosaures. Même les renards s’inquiètent.

J’aurais pu attaquer mon livre ainsi.

Pas par les poulets et les renards… mais en disant que la méthanisation agricole se propose aujourd’hui d’augmenter la concentration de CO2 dans l’atmosphère en accélérant le cycle du carbone ! Même si le propos est juste, cela aurait pu être vu comme une attaque frontale et peu délicate en dépit d’un avenir qui va être chaud, chaud, chaud pour nos enfants. Pour notre petit confort, et la pandémie en cours nous montre oh combien nous y sommes attachés, nous leur offrons sans une once de culpabilité, et en pleine conscience, un avenir de merde fait de guerres et de sang.

Disons-le clairement, le constat est effroyable.

La recherche scientifique a été si prolifique ces 200 dernières années, qu’elle a révolutionné notre conception du monde. Et pourtant, nous continuons à penser avec notre cerveau reptilien. À penser comme des poulets. À penser qu’une molécule de CO2 se comporte comme une molécule d’H2O. Même au plus haut sommet de l’État, on le pense. Et par ruissellement, tout le monde pense que le cycle du carbone fonctionne comme celui de l’eau. 

Et le développement de la méthanisation s’en nourrit pour convaincre.

Très rapidement, quand tu émets 10 molécules de “carbone” (CO2) dans l’atmosphère, les experts du GIEC nous disent que seulement 3 reviennent sur la terre ferme, et UNE via la photosynthèse. C’est TRÈS, TRÈS PEU, 4,5… restant dans l’atmosphère et le reste finissant dans les océans qu’elles acidifient.

BILAN
Plus tu méthanises,
plus tu augmentes l’empreinte carbone
et plus tu décarbones les sols,
et plus tu accélères le cycle naturel du carbone.

Et plus tu accélères le cycle,
plus il s’accélère.

Je ne vous ferai pas l’affront de vous rappeler la 10e fable de monsieur Jean de la Fontaine : Le lièvre et la tortue. La lenteur est synonyme de durabilité, c’est la Physique qui le dit, c’est la Nature qui lui a dit 🙂 Pas très compliqué à comprendre, sauf pour des climato-sceptiques qui préfèrent croire qu’il n’y pas de lien entre CO2 et bouleversement climatique. Que le climat étant sans cesse en mouvement, et qu’avant d’être glace, l’Arctique était eau liquide, c’est donc naturel qu’il revienne à son état initial !

Ça me rappelle cette histoire du poulet simple d’esprit qui avait fini par croire que la fermière, qui lui donnait tous les jours du bon grain, l’aimait. Dans cette veine des simples d’esprit, j’ai même entendu des bardés de diplômes soutenir que le dégel du permafrost était une chance pour avoir nouveaux sols agricoles. OUAH, dire que la moitié du gaz produit par un méthaniseur n’est pas utilisable. Incroyable, on croit rêver (je l’explique dans le livre).

En conclusion

Quand on pense carbone, on ne pense pas qu’il est présent dans toutes les molécules du VIVANT. Sans carbone assimilable, sans sucre, pas de vie dans les sols, ces vies qui nourrissent les plantes que nous mangeons, ou qui nourrissent les animaux que nous mangeons.

Un conseil. Si vous pensez qu’après nous le déluge, n’achetez pas mon livre. Pour les autres : courez sans attendre chez votre libraire ou achetez le ici.

Acheter le livre

Il sort le samedi 20 novembre. Expédition à partir du lundi 22. Nous utilisons PayPal. Nul besoin de vous inscrire ou d’avoir un compte, vous payez directement en CB. L’exemplaire : 14 € ACHETER

Autres offres.

1 La Méthanisation agricole, une énergie qui sent le gaz ! + 1 Sauver le ver de terre + 1 sachet surprise de semences : 25 € ACHETER

Le Pack militant = 3 ex. de La Méthanisation agricole, une énergie qui sent le gaz ! + 1 Sauver le ver de terre : 50 €. ACHETER

Les livres sont vendus par l‘Association du Jardin vivant et pour son seul profit. Amis libraires ou revendeurs, veuillez vous adresser à notre distributeur :  Myosiris diffusion 06 24 26 20 90

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial