Les VERS DE TERRE sont-ils la première masse animale terrestre ?

Le 21 octobre prochain, c’est la journée mondiale des vers de terre, un prétexte pour parler de ces silencieux que le silence tue un peu plus tous les jours.

HONTEUSEMENT oubliés lors du dernier Congrès mondial de la Nature, qui s’est déroulé à Marseille en septembre dernier, où organisateurs et conférenciers ont oublié qu’il y a des animaux qui vivent dans la terre, comme d’autres vivent sur la terre ou dans l’eau. Pour qu’on ne les oublie pas : MERCI de faire du bruit le jeudi 21. Et le meilleur bruit recevra le Grand prix du Lombric d’Or 2021 😍 Et sans oublier le lancement de l’opération : NU comme un ver ou se mettre poil nu pour sauver le ver de terre.

Cet article aurait dû être publié le 21

Mais j’ai dû changer mon fusil d’épaule pour inciter chacun, particulier, collectivité ou média, à le mettre à l’honneur ce jour-là. Car lui rendre tous les honneurs, c’est rappeler que notre avenir dépend de leur futur, que notre avenir dépend du futur des sols agricoles, et qu’ils en sont la première masse animale. Autrement dit, les premiers habitants.

C’est aussi se rappeler que 75 % de la biodiversité terrestre nichent dans les sols, à un moment de notre histoire où le projet est de les décarboner pour leur faire cracher du gaz.

Sans carbone, pas de vies,
sans carbone assimilable,
les vers de terre ne se reproduisent pas
.

Les déserts de sable sont des sols
sans carbone assimilable
et avec si peu de vies.

Faire du gaz avec le carbone de la biodiversité, c’est du climato-scepticisme pur jus, sachant qu’un tiers seulement du CO2 émis revient sur la terre ferme via la photosynthèse. 29 % selon les dernières estimations. Aussi, comment atteindre la neutralité carbone en l’amplifiant, vu que 71% du CO2 restent dans l’air ou vont rejoindre les océans qu’ils acidifient ? Pourquoi bafouer les travaux du GIEC ? Je m’écarte. Le livre, La Méthanisation agricole, une énergie qui sent le gaz, sortira fin novembre.

Ils remuent 500 tonnes de sols par an !

La connaissance sur les vers de terre est très ancienne. Avec les Grecs et les Romains, ajoutons les Égyptiens qui étaient très préoccupés par le maintien de la fertilité et dont les agronomes avaient probablement déjà découvert l’extraordinaire capacité des vers de terre à déplacer de grandes quantités de sols. Et ils en déplacent jusqu’à 500 tonnes/an/ha selon Patrick Lavelle, l’un des meilleurs spécialistes sur la scène mondiale des vers de terre. Jusqu’à 500 tonnes en climat tempéré, jusqu’à 1 200 tonnes dans certains coins d’Afrique.

Combien pèsent-ils ?

Les camarades pèsent lourd, très lourd, même si leur poids a été sacrément allégé depuis que les pierrailles ont pris l’ascendant sur la terre animale. Le lombricologue Marcel B Bouché dit qu’ils pèsent 85 % de la masse animale de France, quand Sarah Guillocheau, ingénieur d’études au laboratoire EcoBio, dit qu’ils représentent plus de 50 % de la biomasse animale terrestre en zone tempérée.

Pour comprendre l’importance des vers de terre sur la planète, il faut les remettre à leur place !

Ils pèsent aussi lourd que les virus, et leur poids est ridiculement bas comparé aux bactéries. Ils pèsent 10 fois moins lourd que les arthropodes (insectes, crustacés…), si on mélange les terrestres et les aquatiques, 3 fois moins lourd que les poissons, mais 3 fois plus que les primates dont les êtres humains.

Rappelons que les animaux ne pèsent que 2,6 %
de l’ensemble de la biomasse vue sous l’angle du carbone.

Et bien entendu, sachant que leur teneur en eau est très importante, les vers de terre sont perdants comparés aux arbres. Ceci étant, on estime qu’ils représentent un tiers de la masse des animaux vivant sur la terre ferme. Ce qui, finalement, est énorme pour des oubliés 😅

Je vous invite à écouter Patrick Lavelle,

professeur émérite de la Sorbonne, ancien directeur du laboratoire d’Écologie des sols tropicaux de l’IRD, l’Institut de recherche pour le développement, membre correspondant de l’Académie des sciences et lombricologue : « Pour avoir beaucoup creusé, je peux te dire que les “super” biomasses de vers de terre trouvées en Normandie ou en Savoie ne se retrouvent pas partout, comme, par exemple, dans la zone intertropicale. Ma base de données, de 4000 sites répartis dans tous les sols habitables de la planète, me donne une densité moyenne de 123 individus/m². Ce qui fait une biomasse de l’ordre de 40 g/m², soit 400 kg/ha. Mais les déserts froids et chauds ne sont pas comptés. »

Opération NU comme un ver

Même si je l’entrouvre aujourd’hui, j’ouvrirai le bal de la série, NU COMME UN VER, le jeudi 21 oct. 🙏 Qui veut rentrer dans la danse ❓ Et si tout va bien, nous éditerons un calendrier en série limitée dont un exemplaire sera envoyé à tous les candidats à l’élection présidentielle. Et peut-être même à tous les députés. En 2017, aucun n’avait voulu s’engager à sauver le ver de terre, pour 2022, nous nous mettrons à nu pour les sensibiliser.

Photo Sylvie Corré-Gatineau.

Grand prix du Lombric d’Or !

Le 21 octobre, publiez sur votre mur ou votre blog, ou adressez-nous quelques mots pour lui, une poésie, une photo de vos vers, vous nu comme un ver (sans être à poil)… Bref, quartier libre 😅 Faites-le-nous savoir et nous relaierons le dimanche prochain ceux qui nous ont touchés. Et celui qui nous aura touchés le plus, recevra le Grand prix du Lombric d’Or, à savoir : L’ÉLOGE du ver de terre + SAUVER le ver de terre, plus une MENTION dans le 3e : La vie secrète des vers de terre

3 thoughts on “Les VERS DE TERRE sont-ils la première masse animale terrestre ?

  1. Depuis 13 ans je composte et je lombricomposte, pour mon plus grand plaisir et celui de la planète, je colporte mes connaissances le plus possible autour de moi…

  2. bonjour,
    29% du carbone retourne à la terre via la photosynthèse.Mais il y retourne de suite ou après un certain temps parce que un arbre ça brûle vite mais ça pousse lentement. Ensuite j’ai l’impression que quoiqu’on fasse on fait ses dégâts, c’est l’entropie quoi!
    La tentation nihiliste me guette

    1. Tout est une question de mesure.

      On nous dit que la méthanisation agricole va réduire notre empreinte carbone, les scientifiques nous disent qu’on va l’augmenter, parce que le cycle du carbone ne fonctionne pas comme celui de l’eau. Belle soirée

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial