[ Méthanisation agricole ] Mes premières conclusions 😊

Extrait de mon livre à paraître fin novembre : La méthanisation agricole, une énergie qui sent le gaz ! De l’AGRICULTURE À l’ÉNERGICULTURE. Avec la participation de Daniel Chateigner, physicien et enseignant-chercheur à l’Université de Caen Normandie.

On nous dit que le biogaz est renouvelable

Soit, mais comme son renouvellement dépend des sols agricoles qui eux ne sont pas renouvelables à l’échelle humaine, ça pose tout de même un petit souci sur le nombre de renouvellements.

On nous dit que le cycle du carbone fonctionne comme le cycle de l’eau. Soit, mais pas à l’échelle humaine. Bref, notre folle course à trouver rapidement de nouvelles sources d’énergie doit-elle être une autorisation à faire tout et n’importe quoi ? D’accord, quand on lit le 23 sept. dernier dans Le Monde : « L’Arctique est devenu un terrain de jeu pour les entreprises, avec l’aide des acteurs financiers. Cela nous mène vers le chaos climatique si l’on ne pose pas de garde-fous.» Foutu pour foutu, pourquoi pas, déjà 600 champs pétroliers en ligne de mire dont un tiers en production, pourquoi ne pas y aller gaiement ?

L’épuisement, c’est pour demain

D’autant que la fin programmée des réserves mondiales d’énergies fossiles et de carburant nucléaire, excite tout le monde : dernières gouttes de pétrole d’ici à 54 ans, le gaz 63 ans, le charbon 112 ans, l’uranium 100 ans. Sources EDF et croisées. L’avant-goût d’un joyeux bordel. Et au diable l’avarice, comme dans un siècle nous serons tous morts, autant festoyer et profiter comme des malades pour léguer à nos enfants un joyeux merdier. Pas certain que l’adjectif joyeux soit le plus adapté. Bref, croisons les doigts pour que les générations suivantes aient le chagrin joyeux en s’entre-tuant pour manger ou se chauffer.

Sur tweeter,

le 1er oct. un lobbyiste s’épanche sur cette opposition des citoyens et des élus au projet pharaonique de Corcoué-sur-Logneau : « Quoi qu’on fasse, immédiatement c’est non. Les coqs n’ont pas le droit de chanter, les vaches ne devraient pas porter de cloches, alors vous vous doutez, une unité de méthanisation. Faut discuter et travailler sur les solutions plutôt que se fixer sur les problèmes. Aïe aïe aïe. » Aïe aïe aïe, le gars n’y va pas de main morte en reliant le chant du coq mégas projets industriels. Fallait oser, ils osent tout… En revanche, d’autres ont encore la tête sur les épaules, à l’exemple de l’agriculteur Olivier Allain : « Il faut mettre en perspective le bilan carbone, le coût public réel, et l’intérêt agroécologique. » Difficile de dire plus vrai, la suite dans le livre ( D’ici quelques jours, vous pourrez directement en préacheter un exemplaire ici.)

Pour ceux qui l’ont zappée, l’interview de ce paysan saintongeais : “C’est la mort de l’agriculture, ce n’est pas notre métier.”

L’ACTUALITÉ DE LA SEMAINE


NU comme un ver !

Pour SAUVER le ver de terre, seriez-vous prêt à vous mettre nu comme un ver ❗ Le 21 octobre prochain, c’est la Journée mondiale des vers de terre, et à cette occasion, j’ouvrirai le bal de la série : nu comme un ver, ou se mettre à poil pour sauver le ver de terre 🙏 Qui veut rentrer dans la danse ?

Si tout va bien, nous éditerons un CALENDRIER en série limitée dont un exemplaire sera envoyé à tous les candidats à l’élection présidentielle 😍 En 2017, je leur avais tous écrit, mais aucun n’avait voulu s’engager à les préserver. Pour 2022, nous nous METTRONS À NU pour les sensibiliser sur ces travailleurs de l’ombre qui ont notre futur entre leurs mains. 12 mois, 12 portraits nus. Si vous êtes prêt à vous mettre nu pour des idées, casting toujours en cours. J’explique en vidéo (Fb) tous les tenants et les aboutissants.

Le photographe choisi est Jean-Luc Cerbelaud, un vieux frère d’armes, spécialiste des portraits en milieu rural : vidéo (fb).

En vrac

Un prix de l’AGROÉCOLOGIE est dans les tuyaux, recrutement du jury en cours, écoutez celle qui le porte, et une histoire de butternut, butterbush et butterverte à découvrir.

Previous post Gaz à tous les étages et ver de terre, la semaine en vidéo
Next post Réussir ses ENGRAIS VERTS avec Gilles Domenech : quelles espèces semer et quand ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial