Pourquoi la méthanisation agricole accélère-t-elle le réchauffement climatique ?

Autrement dit, pourquoi le biogaz décarbone-t-il plus les sols que l’atmosphère ?
Extrait de mon livre à paraître et dont le financement participatif est en cours.

Une histoire de croyance

Comme vous, j’ai longtemps cru que le cycle du carbone fonctionnait en circuit fermé comme celui de l’eau. Et qu’à l’instar des molécules d’H2O, celles de CO2 revenaient forcément sur la terre ferme. Certes, toutes y reviennent un jour, mais pas à l’échelle humaine, le temps de la méthanisation agricole n’est pas celui des sols, le temps des sols n’est pas à notre échelle : 1/3 du CO2 émis revient sur terre dans l’année, 1/4 se fait piéger par les océans, et le reste s’accumule dans l’atmosphère pour une durée pouvant aller jusqu’à 1 000 ans.

Alors oui, au nom de la liberté de penser, chacun a le droit de croire. Sauf qu’à force de croire, on finit par ne penser que ce que l’on croit, on finit par penser que la méthanisation n’est ni plus ni moins qu’une grosse vache qui roterait du gaz qu’il suffit de capter pour crier à la Transition écologique et à la boucle vertueuse. Sauf qu’en accélérant le cycle naturel du carbone, la production de biogaz ouvre le circuit. Et pourquoi l’ouvre-t-elle ? Tout simplement parce qu’une molécule de CO2 ne se comporte pas comme une molécule d’H2O.

Pourquoi la méthanisation agricole accélère-t-elle le réchauffement climatique ?

Tout simplement parce que son process de production accélère le cycle naturel du carbone.


Daniel Chateigner, physicien : — « On a trop souvent tendance à considérer le cycle du carbone en se limitant au sol lui-même. Le carbone, un élément qui entre dans les sols, via le CO2 et la photosynthèse, grâce aux micro-organismes des sols et leur décomposition de la biomasse. Les ressources en élément carbone, CO2 et biomasse, sont considérées comme inépuisables, infiniment abondantes, la nature nous les procure à profusion, puisqu’il y a toujours du CO2 dans l’atmosphère et de la biomasse qui revient sur le sol en quantités au moins équivalentes à celles que l’on a puisées. Et des micro-organismes qui tirent leur énergie de cette décomposition. En physique, on appelle cela “conservation de la masse” et “conservation de l’énergie”, chères à Lavoisier. Un peu comme si les retenues d’eau des barrages étaient remplies en permanence tout en continuant à faire tourner les turbines. »

Christophe G. Si j’ai bien compris, tu fais référence au concept d’éternité, où tout coulerait spontanément de source, comme immuable, infini et inépuisable. Dans mon éloge des vers de terre publié chez Flammarion, j’avais pris l’exemple de l’écosystème forestier : « Dans une forêt, la matière organique tombe sur le sol à l’automne, avant d’être digérée par les bestioles qui vivent sur et dans le sol. Ensuite, elle est entraînée par les eaux pluviales dans les profondeurs de l’épiderme terrestre où ses éléments nutritifs seront aspirés au passage par les racines des arbres. C’est beau comme une ville la nuit, et cette harmonie entre le monde de la matière minérale et vivante, animée et inanimée, fonctionne à merveille comme un mouvement perpétuel (…) » Un mouvement perpétuel qui carbure au carbone et dont le mouvement cesse quand on y prélève les arbres pour les exporter. Et dans un système cultivé, on ne cesse de le prélever pour l’exporter.

Daniel C. : — « Un peu comme un mouvement perpétuel en effet, comme si les échanges d’énergies se faisaient sans frein ni perte » La SUITE dans le livre. En attendant, écoutez Daniel rentrer dans les détails pour bien comprendre les implications de la méthanisation sur les complications climatiques.

La collecte se termine vendredi prochain.

Le résumé des 3 dernières semaines,
et pourquoi atteindre 130 % du financement ?

https://youtu.be/-iAJvtKsWuE
Previous post 🌼 Une limace TUE un ver de terre pour le manger ! La preuve en images.
Next post Gaz à tous les étages et ver de terre, la semaine en vidéo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial