M. le Président, je vous ai écrit une lettre

La méthanisation agricole peut-elle réduire nos émissions de gaz à effet de serre ? C’est la question que j’ai posée cette semaine au chef de l’État, car à cette heure aucun élément ne nous permet de l’affirmer.

Monsieur le président de la République,

Le 1er juillet 2021, le Conseil d’État a ordonné au gouvernement de prendre des mesures supplémentaires pour faire baisser les émissions de gaz à effet de serre d’ici le 31 mars 2022. Décision n° 427301. L’État n’étant pas un justiciable comme les autres, il n’a effectivement aucune obligation à s’exécuter.

D’ailleurs, le 12 juillet 2017, quand le Conseil d’État lui ordonne de prendre des mesures pour réduire la pollution de l’air, il ne s’exécute pas. Décision n° 394254. L’État reste même sourd à la décision du 10 juillet 2020 le condamnant à des amendes s’il persiste. Décision n° 428409. À ce jour, le gouvernement refuse toujours de s’exécuter.

Néanmoins, si l’État décide de s’acquitter de la décision du 1erjuillet dernier, la question du biogaz va se poser : la méthanisation agricole peut-elle réduire nos émissions de gaz à effet de serre ? La suite est à lire ci-dessous.

Cet article clôture la saison et
ma série sur la méthanisation agricole.

J’aurai fait ma part et fait de mon mieux pour expliquer paisiblement toutes les implications de cette énergie. Le 25 aout, nous lancerons, à partir de la plateforme Miimosa, dont le slogan est : “Ensemble pour notre agriculture et notre alimentation,” le financement participatif pour le livre : « La méthanisation agricole, une énergie qui sent le gaz ! De l’agriculture à l’énergiculture. »

Soyons clair, mon but n’est pas de faire un procès à charge contre la méthanisation, en disant que ça pue, ça pollue et que c’est de la merde comme les éoliennes et le glyphosate !!! Et encore moins de stigmatiser le monde agricole ou les agriculteurs qui ont succombé au chant des sirènes. Je rappelle d’ailleurs que 3 syndicats agricoles sur les 5 sont sceptiques et s’interrogent sur le bien-fondé de ce développement tous azimuts des fermes gazières.

La Confédération paysanne réclame même un moratoire, car il manque des données pour savoir si réellement c’est une énergie durable et bénéfique pour l’agriculture et les agriculteurs.es. C’est l’objet de ma lettre au président et ce sera celui du livre écrit avec la participation de Daniel Chateigner, physicien, professeur à l’Université de Caen Normandie, et membre du Collectif Scientifique National pour une Méthanisation Raisonnée.

J’espère recueillir tous vos soutiens 🙂

Sortie du livre au mois de novembre. Pour la prochaine saison, je tourne la page pour retrouver mon vieux camarade, le ver de terre.

Previous post L214 se trompe d’ennemi selon l’agriculteur breton Pierrick Berthou
Next post Crowdfunding : La méthanisation agricole, une énergie qui sent le gaz !

One thought on “M. le Président, je vous ai écrit une lettre

  1. bonjour la méthanisation sur le principe est très bien, mais comme elle est pensée elle devient complètement folle et débile.
    elle devrait en effet servir véritablement à réduire les émissions des gaz à effets de serre et éviter d’utiliser les énergies fossiles
    pour cela il faudrait qu’elle soit individuelle : je m’explique: à l’échelle d’une habitation , avec les tontes de pelouse, nos toilettes, les eaux usées, les déchets de cuisines et divers déchets organiques produits à la maison, on pourrai éviter des aller et retour à la déchetterie, éviter des installations montres pour l’épuration des eaux usées, éviter l’achat de gaz fossile pour faire la cuisine ou le chauffage, éviter que les surfaces agricoles qui pourraient nous nourrir ou être planter d’arbre soient détruites par un balais sans cesse de tracteurs qui consomment du pétrole.
    avec ce principe on pourrai réellement réduire notre impacte sur l’environnement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial