Le jardin de mon père

La semaine dernière, j’ai fait des images du jardin de mon père, des images sans ambition, la lumière étant moche. Le 13 juillet, je les ai postées sur mon compte Facebook. Et, oh surprise 🙂 accompagnée de centaines de commentaires bienveillants, la vidéo a fait un tabac : + de 46 000 vues !

Depuis, pour ceux qui n’ont pas de compte Fb, et en dépit d’une audience faible sur ce média, j’ai décidé de la partager sur YouTube.

Un jardin que l’on appelle aujourd’hui : jardin-forêt !

Commentaires choisis

Jean-claude S. — C’étaient les vrais gardiens de la biodiversité. MERCI à eux d’avoir gardé nos traditions paysannes jusqu’ici !

Laurence — Une transmission pareille, ça vous donne de la force pour les cent prochaines années.

John W. — Superbe, merci beaucoup pour ce partage. Bravo et quelle chance à ton papa, qui, malgré le temps, trouve toujours autant de plaisir à cultiver la terre de ses ancêtres. Un grand merci.

Nadine J. — Le paradis sur terre. Vous avez un papa merveilleux qui a la force et le courage de cultiver cette terre dans un si grand terrain. Il est un bel exemple à suivre. Il fait des heureux avec toutes ces récoltes. Que de l’amour. Belle et longue vie à lui et à toute votre famille. Merci pour votre partage.

Alicia D — Un petit coin de paradis.

Patrig L. — Je me suis vu dans le jardin de mon oncle, 87 ans, lui aussi paysan qui a vécu la révolution des campagnes : de l’autosuffisance à l’industrialisation grâce au Progrès (surtout au pétrole). Son jardin, c’est sa joie, son village, son centre du monde.

Sempre — Que cela m’a émue !!! J’ai pu retrouver mon grand-père l’espace d’un instant merci ! Magnifique ! Le bonjour à votre papa.

Marie-Laure C. — Vous savez quoi… j’aimerais le voir ce Monsieur, ce grand homme, qui tout d’un coup vient de nous mettre une leçon de vie. Merci infiniment pour cette sublime vidéo.

Corinne S. — Quand je regarde cette vidéo, pour moi, c’est « souvenir d’enfance » ô combien magique !

Anne Z. — Tellement, mais tellement réconfortant à voir et à entendre. Je me suis dit que je manquais d’arbres du coup. Nous en plantons beaucoup chaque année, mais pas assez finalement. Merci encore l’ami, et mes amitiés respectueuses et admiratives à ton papa.

Pierre-Olivier — Qu’il est bon de voir une vidéo qui transpire l’authentique, le naturel, la sincérité et l’émotion au milieu de toutes ces vidéos Facebook de jardins marquetés à la mode permaculture qui sonnent souvent faux. Merci.

Paule D. — Nous aimerions tous avoir un père ou un grand-père comme le vôtre. Merci pour ce témoignage touchant.

Régine B. — Bravo, bravo à votre papa, je l’admire. Merci pour ce témoignage et chapeau bas à lui, vous lui passerez toutes mes félicitations.

Patricia B — Bon sens, sagesse, unité en tout ce qui est merveilleux gratitude.

Heidi M. — Qui aime sa terre et la travaille avec des moyens qui ne peuvent pas la détruire… Mais tout ça, ça représente infiniment plus de labeurs… Bravo Monsieur ! Mes respects.

Geneviève L. — Merci de nous faire découvrir ce petit coin de paradis que votre père entretient avec amour. Ses légumes et ses fruits doivent avoir un goût divin.

Frédérique V. — Bravo à votre papa, et merci de nous inviter à visiter ce coin d’intimité familial.

Myriam B. — Je suis émerveillée et impressionnée.

Eve M. — Ma grand-mère a cultivé son jardin jusqu’à 89 ans ! C’était sa passion, son Éden… Ne lui enlevez jamais son jardin, car il mourra…BRAVO à cet homme passionné et certainement passionnant ! Félicitations.

Mailan — Moi qui n’ai plus mon père depuis mes 21 ans (40 piges à ce jour), plus aucun de mes grands-parents, je profite des anciens que je retrouve lors de mon travail. Je suis reconnaissante envers eux, envers la vie qui me permet de vivre de tels moments de partage : la terre, la nature, les émotions partagées… c’est tellement riche de les observer, les écouter, j’en ai souvent les larmes qui coulent tellement je suis touchée par ce qu’ils transmettent.

Je me suis trouvé mon petit rayon de soleil quand j’interviens chez elle, “une grande dame” d’1m50 , pleine de joie et d’humour malgré ses 96 ans. Un jour, je l’ai trouvé « cachée » dans un de ses 3 jardins, à ramasser ses légumes pour ses repas à préparer… c’est juste magique ces moments-là… rien de plus beau que la transmission du savoir et les sincères relations humaines. Félicitations à votre papa. Merci d’avoir des gens comme vous sur cette planète. Très touchant, ça me fait voyager dans mes souvenirs.

Muriel — Bravo à votre papa pour ce travail… écoutez-le encore et encore…profitez de son savoir et de ces conseils. Moi, je profite encore du savoir de ma mamy de 97 ans qui m’apprend et me conseille encore. Et c’est génial.

Nadine — La terre rend bien à votre papa tout son amour, et vous avez su le percevoir pour nous le transmettre. Merci pour ce beau partage.

Muxu — Merci, cela réveille des souvenirs d’enfance… chez mes grands-parents…

Anne-Marie — Un homme qui a su reste connecté à la terre! Émouvant, j’en ai les larmes aux yeux !

Christiane D. — J’adore ce jardin un peu sauvage et plein de fruits. Et un grand bonjour de la Mayenne.

Corinne G. — Très beau, beaucoup de diversité, d’arbres, de fruits, de légumes, d’insectes sûrement, d’oiseaux, un petit coin de paradis et toute une vie de labeurs, de savoir-faire, de bien- être, de fierté, d’indépendance alimentaire et beaucoup d’amour pour votre papa. C’est sa vie, bravo et merci pour votre partage.

Marc — On découvre ici une leçon de vie, celle du père. Une deuxième leçon de vie, celle du fils, emprunte d’un grand respect, d’un grand partage. Un grand bien pour nous tous alors que les réseaux sociaux partagent de plus en plus de haine et d intolérance. Merci pour ce beau partage.

Jack — Bravo à votre père , des jardins d’antan, ça me rappelle ceux des grands-parents. Souvenirs ,souvenirs, il peut être fier de son jardin, car il y règne une zénitude certaine. Que le temps le préserve encore très longtemps en bonne santé.

Jean-Luc R. — Un jardin cultivé, entretenu de père en fils, fantastique !

Thierry — Un vrai jardin, un bel héritage à conserver précieusement ! Comme un artiste qui survit après sa mort par ses œuvres, le jardinier sera toujours dans ce lieu longtemps après son passage. Magnifique, merci pour ce partage.

Papa, que dire après ça ?

Toi qui n’as jamais été bavard, toujours un peu dans ton monde, celui que tu nous lègues à travers ton jardin, comme un monde perdu, un Ancien Monde, donne bonheur et joie à tant de monde comme tu as pu le lire. Léonard Peltier est le plus ancien prisonnier politique aux États-Unis. Un Sioux dont la grand-mère était d’origine française, et il a écrit que les silences entre les mots étaient beaucoup plus importants que les mots eux-mêmes.

Les animaux lisent nos pensées à travers ces silences qui ne trompent pas. Nous vivons une époque où chaque jour les médias nous déversent des tsunamis de mots, comme pour combler les silences d’un monde rempli de larmes et de chagrin. Après avoir tourné ces images, maman m’a dit : on te sent heureux dans ce jardin. Effectivement, on s’y ressource de tes beaux silences.

Mon père, c’est ce mec au regard vif, coincé entre ma grand-mère Madeleine, une paysanne meurtrie par la mort de son père lors de la Grande Guerre, mort, non pas au nom de la patrie, mais pour de sombres intérêts industriels, et mon grand-père, Pierre, un homme remarquable qui a inspiré autant ma vie que les plus grands philosophes. Je le cite dans la plupart de mes livres, parce qu’il vivait dans un monde à part où régnait l’Attention. Un homme qui a fait à son insu ce que je suis aujourd’hui.

En complément : Je suis né dans une famille d’agriculteurs saintongeais, et L’agriculture est-elle un art ?

PS. Ces gens-là, les paysans et les paysannes, ont été mis sous pression et ils étaient accusés de freiner le progrès agricole s’ils n’épandaient pas des pesticides et des engrais chimiques. Beaucoup ont su faire la part des choses, beaucoup, à l’exemple de mon père, et beaucoup plus qu’on croît, posent aujourd’hui un regard lucide et éclairé sur le monde.

J’ai commencé à engranger des interviews que je monterai un jour, parce que nous avons besoin de leurs paroles, lui qui a commencé à travailler en traction animale, lui qui tirait les vaches à la main, lui qui, main dans la main avec ma mère, ont nourri sans subventions et sans supermarchés leur famille et tant de familles.

On honore les anciens combattants, on honore toujours les guerriers et les vainqueurs, apprenons à honorer tous ces gens de peu comme les appelait Bernard Clavel : paysans, ouvriers…

Previous post Sur la piste de la beauté

3 thoughts on “Le jardin de mon père

  1. Bonjour Christophe.
    Une question pour commencer : et toi Sais-tu, saurais-tu faire la même chose ?
    Ensuite deux remarques.
    Tout d’abord lorsque tu parles des terres argileuses, là, tu touches du bout du doigt l’art, oui, l’art de travailler la terre. L’agricultûre….
    Deuxième remarques: on oublie, tous, que notre civilisation ne vit, n’existe que grâce à ces gens là. Ceux que l’on moque, que l’on pointe du doigt, dont on se gausse. Enfin ceux que l’on appelle des ploucs, des bouseux, des pèquenots, des cul-terreux, des paysans ( je viens de là et j’en suis) …. Oui mais eux ils SAVAIENT, oui ils savaient travailler leurs terres, ils savaient la prendre, oui ils savaient. Et notre époque oubli que nous vivons sur leur héritage. Ils nous lèguent un héritage que est constitué depuis plusieurs générations, cela patiemment, méthodiquement, avec acharnement et passionnément ! Pas besoin de logiciels, d’algorithmes et autres…. Ils savaient et notre génération dilapide toute cette richesse.
    Claude Michelet, ce grand écrivain, me disait ” moi, je suis agriculteur, ma femme est une paysanne”. En fait il me faisait comprendre que lui n’avait pas cette culture paysanne tandis que sa femme elle, elle avait ça en elle !!! Belle leçon d’humilité.
    Mais ce monsieur s’il n’était pas un “paysan” à une âme de paysan !
    Bon dimanche.
    Merci Christophe pour la vidéo.

    1. Pierrick,

      Pour répondre à ta question : oui 🙂

  2. Encore merci Christophe ! Je n’ai plus mes grands parents depuis longtemps, mais eux cultivaient comme ton papa. Mon grand père, fils d’une lignée de paysans, un peu plus « moderniste », ma grand-mère, orpheline mais issue d’une lignée de vignerons extrêmement pauvres, serait appelée aujourd’hui « permacultrice ». C’est auprès des deux, et principalement ma grand-mère car j’étais plus souvent auprès d’elle, que j’ai appris « le jardin ». Ma vie ne serait rien sans jardin…
    Quant aux « idées » pour les terres argileuses, je suis preneuse ! Car ici c’est mon problème numéro 1 !
    Encore merci pour cette part de rêve, qui n’est qu’une part de vie et c’est ça que l’on doit retenir

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial