L’écologie 3.0 : ils firent du gaz bio avec l’humus, puis rendirent leurs âmes faute d’humus.

C’est décidé, mon prochain livre sera édité en financement participatif (Miimosa, 1er site de financement participatif de l’agriculture et de l’​alimentation), et il sortira au mois d’octobre prochain.

Résumé

Si la photosynthèse transforme l’énergie solaire en énergie alimentaire, la méthanisation agricole transforme cette énergie alimentaire en énergie thermique et électrique : gaz et électricité. Pour l’occasion, l’alimentaire est nommée déchet. Déchet pour nous, mais aliment pour l’humus. Et ils sont nombreux à voir dans ce verdissement énergétique, la mort programmée des sols et l’effondrement de notre système alimentaire.

La France vise l’autonomie en gaz pour 2050, et pour l’atteindre, les pouvoirs publics s’appuient sur les sols agricoles. Mais pourront-ils soutenir la production de gaz et nourrir en même temps ? Pourront-ils soutenir le choc ? Personne n’en sait rien. Quant à la surface requise, aucun chiffre officiel ! Les seuls disponibles viennent d’un collectif de scientifiques, et ils disent non. Non, tous les sols français n’y suffiront pas, il faudra importer :

— « En 2050, tous les sols agricoles français n’y suffiront pas, il faudra trouver cette biomasse ailleurs, en Amazonie ou dans l’huile de palme, ou que sais-je encore, et la rapatrier par bateaux qui flotteront jusqu’à nous … au gaz ! » Daniel Chateigner, physicien et membre du Collectif Scientifique National pour une Méthanisation Raisonnée.

Aujourd’hui, la méthanisation agricole agite autant la communauté scientifique que le monde agricole, autant les écologistes que les multinationales de l’énergie, car, en dehors de la “belle” opportunité pour le monde de la Finance, se jouent en arrière-plan l’alimentation de demain et un autre modèle de société. Oui, c’est l’avenir des générations futures qui est mis en balance.

Or, au nom de la transition écologique, la méthanisation agricole est toujours vendue aux populations comme une solution positive pour la planète. Un livre pour comprendre les véritables enjeux.

Les premiers mots

Gaz agricole (biogaz), gaz naturel, c’est le même gaz : du méthane. L’agricole est synthétisé à partir des plantes, donc des sols, le naturel est d’origine fossile. Et pour le synthétiser, la méthanisation agricole soustrait aux plantes le carbone qui nourrit habituellement les sols vivants, dont les vers de terre.

Sachant que 75 % des espèces de la planète vivent dans les sols, et que les vers de terre sont la première masse animale terrestre, les supprimer en supprimant leur nourriture pour en faire du gaz n’est donc pas un mince projet. D’autant que les supprimer, c’est également supprimer ceux qui s’en nourrissent.

Au final, nous parlons bien d’une attaque majeure contre les écosystèmes, et de la suppression d’une grande partie de la biodiversité au nom de l’écologie.

(Avec la participation de Daniel Chateigner, physicien et professeur à l’Université de Caen Normandie.)

Et le titre ?

Rien n’est figé pour le moment. L’idéal voudrait qu’il soit accrocheur et positif, car l’objet du livre est d’ouvrir un débat national qui n’a jamais eu lieu.

En effet, la méthanisation agricole est un choix politique qui engage durablement la société, un choix civilisationnel de la même manière qu’au 19e siècle, le choix des énergies fossiles l’a été. Un choix vu à l’époque comme un excellent moyen pour réduire notre impact sur la nature, et en particulier sur les forêts, le bois étant le premier combustible.

Alors ce choix énergétique de la méthanisation agricole peut-il être débattu ?
Peut-il être soumis à la controverse ?
Est-ce un bon choix pour l’avenir de nos enfants ?

Je veux juste qu’on en parle à haute voix, juste provoquer la conversation et l’échange.

Les titres en lice :

  • D’agriculteur à énergiculteur : la méthanisation agricole, une énergie qui n’a pas le gaz à tous les étages.
  • La méthanisation agricole, une énergie qui sent le gaz ! D’agriculteur à énergiculteur.
  • Méthanisation agricole : y’a de l’eau dans le gaz.
  • La méthanisation agricole ou la fabrique d’un mensonge.
  • On achève bien les vers de terre au nom de l’écologie.
  • Produire de l’énergie ou Nourrir, il va falloir choisir.
  • L’écologie 3.0 : ils firent du gaz bio avec l’humus, puis rendirent leurs âmes faute d’humus.

Si vous avez des suggestions, n’hésitez pas.

Previous post Les intercultures pour nourrir les écosystèmes (agroécologie, permaculture)
Next post Toute la théorie des engrais est là

6 thoughts on “L’écologie 3.0 : ils firent du gaz bio avec l’humus, puis rendirent leurs âmes faute d’humus.

  1. Bonjour,
    J’opte pour “La méthanisation agricole ou la fabrique d’un mensonge”. Ce titre est complet, il dit tout et dénonce dès son énoncé la problématique de ce sujet.
    Beau et long travail.
    Patrick

  2. Bonjour Christophe
    ma préférence va à Produire de l’énergie ou Nourrir, il va falloir choisir.
    faudrait un sondage pour que tu aies une tendance.
    Bonnes recherches et écriture

  3. Bonjour,

    Je vote pour ” la méthanisation agricole, une idée qui sent le gaz. Difficile combat que vous amorcez car ce projet est défendu par les écologistes, le dénoncer va inévitablement crisper les verts sur leurs positions… une fois encore ils seront les idiots utiles du capitalisme, comme c’est le cas avec les éoliennes et autres voitures électriques. Je pense qu’il faut absolument appuyer la réflexion sur ce que ce projet va infliger à la condition animale et sur l’artificialisation des sols de nos campagne, des sujets qui parlent au plus grand nombre. La cause du ver de terre, même si elle est primordiale, passionne moins les foules je pense…

  4. Bonjour Christophe,
    A ton avis, existe-t-il un lien entre utiliser les terres agricoles pour produire du gaz et vouloir nous faire manger des steaks, du poulet… de laboratoire (fabriqués à partir de cellules et non de viande)? Je veux dire par lien, une quelconque entente entre multinationales, politiques, fous dangereux plein de pognon…
    Merci d’avance pour ta réponse et bon dimanche
    Claude

    1. Claude,

      Clairement, vu les éléments en ma possession, non. En revanche, la méthanisation agricole s’appuie sur les élevages hors-sol et ne peut qu’amplifier les fermes industriels. Belle journée

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial