Sauver le ver de terre, résumé de l’opération en cours

Le livre, Sauver le ver de terre, l’un des premiers marqueurs de la biodiversité, de Christophe Gatineau et Sylvie Corré, sortira à la fin du mois d’aout ou début septembre. Disponible en version numérique et papier, il sera téléchargeable gratuitement via ce blog ou vendu en poche à 8,80 €.

Un livre de 300 pages à moins de 10 euros, une prouesse possible en sortant du système, puisqu’il sera édité par Le Jardin-vivant, une forme d’autoédition, aucun éditeur n’ayant accepté notre exigence d’un livre à bas prix.

En effet, outre que l’auteur est devenu un produit sur un marché méga concurrentiel, 511 nouveaux romans et nouvelles sont attendus pour la prochaine rentrée littéraire, en dehors des 200 nouveaux livres qui arrivent quotidiennement sur le marché tout au long de l’année, rien qu’en France et en français, l’auteur est confronté au même problème que le paysan : sa production doit nourrir un ensemble d’intermédiaires avant d’être consommée. Un système commercial où chacun prélève sa part. Voir les répartitions en bas de la page.


Une bombe à graines pour réhabiliter le ver de terre

Fort de l’expérience de notre précédente publication, plus de 43 000 téléchargements depuis le 19 avril, et du succès du premier tome sorti chez Flammarion il y a 2 ans, ce livre peut allègrement dépasser les 100 000 téléchargements. D’autant plus que tous les contenus sont originaux, avec entre autres des interviews et des textes exclusifs des meilleurs géodrilologues de la planète. Et, cerise sur le gâteau, il sortira le même jour en gratuit et en payant, une première dans le domaine de l’édition. Bref, une bombe à graines.

Un livre en deux parties, la seconde étant consacrée à la réédition partielle du dernier ouvrage de Charles Darwin publié en 1881 : The formation of vegetable mould, through the action of worms, with observations on their habits ; traduit en français par Edmond Perrier, professeur au Muséum nationale d’Histoire naturelle, et publié en 1882 sous le titre : Rôle des vers de terre dans la formation de la terre végétale.


Une opération lancée le 17 octobre 2016

Depuis cette date, nous œuvrons à la réhabilitation du ver de terre dans le modèle agricole, le ver de terre comme figure de proue des habitants des sols nourriciers, une opération également arrivée en tête, lors de l’élection citoyenne organisée par le ministère de la Transition écologique en 2018, des projets nationaux pour la reconquête de la biodiversité. Ce projet est depuis soutenu financièrement par l’Office français de la biodiversité.

Il y a urgence à sauver les sols nourriciers et à rabibocher l’agriculture et la nature, aussi nous recherchons des bombardiers pour larguer ces bombes à graines. Des relais indépendants, car chacun doit s’emparer de la cause du ver de terre pour la porter, la faire sienne, faire de la pédagogie, et expliquer encore et encore qu’un monde durable et paisible ne peut exister qu’en collaborant avec l’environnement. Et en plus, coopérer avec la Nature peut rapporter gros. C’est ça le fond du livre 🙂

RÉSUMÉ (4e de couverture)

Saviez-vous que le premier éloge du ver de terre a été publié en 1881 par Charles Darwin pour clôturer son œuvre ? Que pendant 45 ans, il l’a étudié sous toutes ses coutures. Que certains montent aux arbres, que d’autres butinent, et qu’ils influencent la croissance des plantes et les rendements agricoles !

Dans le sillage de l’Éloge du ver de terre sorti 2018 chez Flammarion, voici la suite, plus pédologique et scientifique, mais également plus historique et politique. Politique dans le sens où notre nourriture provient de 95 % à 100 % des sols cultivés, comme nos vêtements et nos chaussures, le bois, le papier, le carton, le vin, le tabac, les huiles…

Mais comme ces sols nourriciers sont victimes de la même punition que les pôles, et que les vers de terre sont des créateurs d’humus, on comprend vite que la viabilité d’une humanité paisible repose sur la vie souterraine et en particulier sur ces animaux.

Clé de voûte de l’alimentation de demain, on peut même soutenir que, via les plantes ou les animaux qui les mangent, le ver de terre est à la source d’un cycle tout aussi essentiel que celui de l’eau : le cycle de la nutrition.

Ce livre inclut l’essentiel du dernier ouvrage de Darwin, et il s’adresse autant aux consommateurs soucieux de leur alimentation qu’à ceux qui la produisent : agriculteurs, maraîchers, jardiniers, et la future génération de paysans.


9 thoughts on “Sauver le ver de terre, résumé de l’opération en cours

    1. Salut Mattéo,

      J’ai envie de te dire oui, puisque c’est dans les tuyaux, mais tout dépend de la réussite du ver de terre.

      Sortir du système est très risqué, tout dépend là encore comment vont réagir les médias, car sans, c’est très compliqué.

      Bien à toi

    2. “compliqué”, pour avoir de l’audimat tu veux dire ?
      J’espère que ça fonctionner en tout cas !!

    3. C’est tellement la guerre entre éditeurs et auteurs pour exister, c’est un milieu sans foi ni loi, comme tous les autres… 200 nouveaux livres sortent tous les jours, que sans médias, tu as peu de chances d’être lu en dehors de ton réseau… Et pour ma part, ma cible, c’est eux, ceux qui croient qu’il suffit de jeter des graines pour que la Nature fasse le reste 🙂 Belle journée

  1. Pauvre Pignon… cette jolie petite bestiole qu’est le ver de terre, indispensable à la vie du sol, synonyme de la fertilité avec des milliards d’autres du peuple du sol, sont plus utiles que la plupart d’entre nous. Et de toutes les façons, ce sont eux qui auront le dernier mot

  2. Ondulant, moche et visqueux… Pourquoi donc ai-je envie de lire un livre sur un animal pareil? Sans doute que la présentation est bien faite et le sujet primordial.

    1. Petite précision,

      un ver de terre n’est ni visqueux ni gluant…
      Zut, ce n’est ni une cagouille ni une loche 🙂 Bon dimanche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial