Comparatif urine humaine & purin d’ortie

Depuis la publication de mon 1er comparatif en 2015, la situation a peu changé : l’urine humaine répugne toujours… Fervent utilisateur et promoteur du purin d’ortie jusqu’en 2 000, j’ai “basculé” dans l’urine en entrant de plain-pied dans le nouveau millénaire ! Pourquoi ? Des résultats incomparables. Mais attention, je ne suis pas tombé dans le chaudron, l’urine n’est pas plus une potion magique que l’ortie 🙂

▶️ On croit que le purin d’ortie fait partie de la pharmacopée traditionnelle du jardinier-e, mais il n’en est rien. Inventé en France dans les années 70, il est né du courant bio-dynamiste. En revanche, on pisse depuis la naissance de l’humanité ! Oui, je sais, je prêche pour ma paroisse, étant l’auteur d’un point de vue agronomique apparenté au concept de Terre animale de Charles Darwin : Pipi et caca sont les 2 mamelles de l’humanité.

Quant au mot purin, guère utilisé aujourd’hui, il avait été choisi parce que le purin d’ortie était vendu à cette époque comme un engrais ! Un fertilisant. Et qu’un purin est un engrais. Mais voilà, en 2006, patatras, Les Amis de l’ortie, l’organe de promotion du purin, publient :

Pas de produit miracle. Nous dénonçons les indications d’usage abusif trop souvent reprises par des médias mal informés ou des sociétés commerciales peu scrupuleuses. L’extrait d’ortie n’est ni insecticide, ni engrais, ni désherbant.

Mais une nouvelle propriété est mise en avant : la phyto-stimulation

L’extrait d’ortie stimule les échanges entre le sol et la plante, ce qui se traduit par une meilleure croissance et un état sanitaire optimal… En pulvérisation foliaire, l’extrait d’ortie se comporte comme un anti-stress précieux…

. A ce sujet, je vous invite à lire l’article, Cultiver sans pesticides, ça s’apprend, où j’y consacre plusieurs paragraphes :

Les phytostimulants reposent sur la théorie biodynamique qui consiste à dynamiser le lien entre la plante, le sol et le cosmos. Il y a celle de Rudolf Steiner qui s’appuie sur la Bible, et la plus récente dans l’esprit de l’homéopathie.

En mai 2013, Dominique JEANNOT, ancien président de l’Association des Amis de l’ortie, déclarait :

Le purin d’ortie n’est pas un produit miraculeux. Le seul miracle viendra de notre capacité à changer radicalement notre manière de cultiver et de vivre. L’objectif de notre association n’est pas de remplacer un pesticide chimique par un pesticide naturel, mais de travailler pour redonner au cultivateur de l’autonomie et de l’indépendance.

Une déclaration qui tranche avec ce qu’on peut lire ordinairement :

Le purin d’ortie est utilisé traditionnellement pour fertiliser, stimuler les défenses naturelles des plantes et activer la croissance de tous les végétaux. C’est également un puissant répulsif qui constitue une barrière efficace contre les pucerons, les acariens, le mildiou et de nombreuses maladies.

Ne me demandez pas pourquoi certains continuent à le dire, à l’exemple de Reporterre.net qui publie à la une le 20 février dernier : « Vous avez sans doute déjà entendu parler de purin d’ortie, cet engrais naturel qui protège aussi votre potager des parasites. »

match-ortie

C o m p a r a t i f

Du mot purin, engrais, en passant par les mots nectar, jus, extrait végétal ou extrait fermenté d’ortie, des mots inappropriés puisqu’il y a fermentation, donc transformation en un produit nouveau aux qualités intrinsèques. Comme le jus du raisin qui peut se transformer en vin liquoreux, acidulé, chaleureux, charpenté, aigre ou en vinaigre. L’alcool est en revanche un extrait du vin.

Quant à l’urine, ses récalcitrants pourront bientôt la trouver sous forme de cachets ou de poudre aseptisée à diluer dans l’arrosoir, pour le plus grand bonheur de ceux qui vont s’engraisser la patte au passage…

  • Stress : avantage ortie. Si vos plantes sont stressées, on dit que l’ortie est le bon remède…
  • Markéting : avantage ortie. C’est la championne de la belle image de marque.
  • Prix : avantage urine. Impossible de trouver moins cher,
  • Disponibilité : avantage urine. Sitôt dit, sitôt fait, le robinet est toujours à portée de la main !
  • Mise en œuvre : avantage urine. Immédiatement prête à l’emploi,
  • Volume : avantage urine. Chaque adulte en produit 1/2 tonne par an
  • →  AZOTE : avantage urine. 10 000 fois plus riche que l’ortie,
  • →  PHOSPHORE : avantage urine. L’ortie ne fait pas le poids,
  • →  Oligo-éléments : avantage urine. + de 500 kg produit par personne tous les ans. 21 kg de matière sèche, dont 4 kg d’azote, 400 gr de phosphore… et tous les oligo-éléments nécessaires à la bonne santé des plantes. Avec en prime, plus de 1000 molécules organiques différentes.

▶️ Autant nous savons que l’urine agit comme un activateur biologique, et qu’elle rivalise avec des engrais comme NPK, autant aucune étude indépendante n’a pu mettre en évidence l’une de ces propriétés pour le purin d’ortie.

▶️ Impact sur la santé des plantes. Lire le dernier paragraphe : Attaquée, une plante se défend comme un animal ! Quand une plante a besoin d’être stimulée, c’est d’abord un problème de sol ou de variété inadaptée au milieu.

▶️ Impact sur les récoltes. Comparable aux engrais chimiques quand l’urine est utilisée à des dosages similaires, aucun retour concluant quant à l’ortie ; le Groupe de Recherche en Agriculture Biologique, le GRAB, ayant même arrêté ses essais en 2004 faute de résultats.

▶️ Empreinte carbone : avantage urine. Énergies fossiles consommées = 0

▶️ Empreinte eau : avantage urine. Prête à l’emploi

▶️ Inconvénient de l’urine : interdite en Agriculture Biologique
▶️ Avantage de l’ortie fermentée : autorisé en Agriculture Biologique.

En c o n c l u s i o n

❌ À moins d’arrêter de pisser, au mieux l’urine est recyclée, au pire, diluée avec de l’eau potable, elle est rejetée dans les sources, les rivières et les océans, et avec toutes les conséquences que nous savons. Sans ses redoutables préjugés, l’urine n’aurait que des avantages.

Halte au gaspillage et à la pollution, une famille moyenne produit plus de 2 tonnes par an de cet excellent engrais qui finit dans le caniveau…

Cultivez les orties pour la biodiversité, d’autant plus qu’avec le poireau, la blette et l’épinard, l’ortie est un des rares légumes frais de printemps en dehors des légumes racines de l’année précédente : L’ortie, un légume et un remède avant tout.

En complément sur les usages de l’ortie au 19-ième siècle.

Et enfin, n’oubliez pas qu’une plante est comme nous, bien-aise quand elle a l’estomac plein 🙂



La suite de l’Éloge du ver de terre sortira à la fin de l’année

5 thoughts on “Comparatif urine humaine & purin d’ortie

  1. Bonjour ! Merci pour tous ces articles passionnants et ce ton cabotin que j’apprécie bien!
    Pourriez-vous donner des proportions pour l’utilisation de l’urine diluée ? Je lis à certains endroits 25% de dilution, à d’autres 10%… Et une idée sur la fréquence d’utilisation ? Merci et joyeux 1er avril! Marie

    1. 1l pour 10 litre d’eau, arrosé sur 3m2, 1x tous les jours. Ca laisse le temps de faire tout le jardin avant d’arriver au meme endroit 15 jours plus tard.

  2. Effectivement, bon nombre de personnes loue des louanges au purin d’ortie, et même bien souvent sans en avoir fabriqué ni utilisé. Et pour ceux qui en fabriquent, bien souvent on a plus à faire à une soupe infâme et puante qu’à un réel purin d’ortie. On trouve même maintenant du purin d’ortie vendu à toutes les sauces dans les supermarchés et jardinerie et souvent très dilué. Les lobbies se remplissent les poches en vendant de l’eau. Elle n’est pas belle la vie ?

    Merci pour cette remise à l’heure des pendules.
    Et pour l’urine , ce n’est pas encore gagné.

  3. Ça fait bien 5 ans qu’on utilise l’urine au jardin maintenant, c’est vrai qu’on utilise pas ou très peu de médicaments, et pas de pilule. Quant à la soi-disant toxicité de l’urine pour les vers de terre qu’il m’est arrivé de lire ici où là, elle est totalement bidon. Mon sol sableux acide reste assez pauvre, et certaines cultures très gourmandes comme le céleri rave sont donc arrosées au moins 1 fois par mois d’urine diluée et les vers de terre pullulent autour des racines quand je les arrache, bien plus nombreux que dans le reste du potager.

  4. juste pour l’anecdote, j’urine dans un 1/2 tonneau rempli de broyats…. placé dans un coin à l’ombre…. et selon…; j’utilise ce mélange en l’additionnant au compost…. ou au voisinage des arbres lorsque je les “paille”…… bon ça va… je ne l’ai toujours pas utilisé au pied des légumes…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial