La seule solution pour changer le monde sans violence, à la cool, c'est…

Voilà la situation : 10 multinationales contrôlent l’alimentation mondiale et règnent sur la nourriture vendue dans les supermarchés.

Avec leurs copines du pétrole, de l’énergie, de l’eau, de la grande distribution, de la communication, de la pharmacie, de la bagnole, de la semence…, souvent les mêmes, elles ont actuellement un pouvoir comme jamais un roi, une reine ou un pape n’a eu jusqu’alors sur la Terre ?

Cette industrie employait plus d’un milliard de personnes en 2013, soit un 1/3 de la main-d’œuvre mondiale. [source] Leur puissance est si considérable, qu’elles impriment le modèle agricole.

Elles imposent un système politique fortement hiérarchisé, le retour de la féodalité, où le consommateur est au mieux son serf au pire son gueux.

Nous sommes consommés, nous sommes devenus leurs produits. Des produits qui doivent répondre aux besoins des marchés financiers pour soutenir sa durabilité. L’accroc à la coke réclame sa dose au marchand. L’important, c’est l’addiction. Nous réclamons notre dose. Les firmes ont pris le contrôle de notre réalité pour nous asservir à la leur !

À qui la faute ? Aux consommateurs disent certains… plus sûrement à ceux qui leur ont taillé des lois sur mesure comme on se taille la part du lion. Autrement dit, ils leur ont remis les clefs de la cité.

Comment s’émanciper ? Nous libérer des chaînes qui nous relie à leurs râteliers ? Comment retrouver notre indépendance ?

1789 est passée par là, mais ils sont revenus par la fenêtre.

Quid du consommateur responsable quand 8 millions de Français vivent en dessous du seuil de pauvreté ? Quid de la responsabilité du consommateur dans un système féodal ? Quel pouvoir lui reste-il en dehors de refuser de pousser les portes des petites et grandes surfaces ? Bio ou pas, ça change rien si c’est pour finalement acheter du prêt-à-manger.

Reste le jardin et l’agriculture vivrière. Mais même les paysans ne sont plus autonomes… Ils rachètent leurs produits transformés au système qui les asservit.

À titre individuel, l’étude de 2015 sur l’autonomie avait mis en évidence un manque évident de connaissances pour être autonome sur le plan alimentaire. De plus, 90 % des sondés ne voyaient pas la permaculture comme un moyen de se nourrir… Par ailleurs, les 2 dernières études sur l’autonomie alimentaire mondiale montrent qu’elle est menacée par ce système féodal de la consommation.


La SOLUTION

Se faire à manger est devenu un acte révolutionnaire !

Certes, la fenêtre de tir est réduite, mais voilà l’arme fatale pour faire passer l’arme à gauche des multinationales du manger prêt-à-digérer ou prédigéré !

Se faire à manger, se préparer son manger, prenez ce temps et refusez qu’on vous le vole. Une solution sobre et économe en énergie, et des gestes simples et à la portée de tous pour un acte politique fort. Oui, le pouvoir du consommateur réside dans cet espace réduit, cultiver ou acheter localement ses matières premières, ou pousser la porte d’un supermarché pour seulement les y acheter. 🙂


Le saviez-vous ? Ils sont partout !

Enfant, comme dans toutes les fermes, nous cultivions toute la nourriture pour nos animaux. Même des légumes, style choux et betteraves pour les vaches, des friandises pour elles. Mais depuis, les firmes de l’agroalimentaire ont révolutionné leur alimentation par des compléments alimentaires sous forme de croquettes granulées !

3 thoughts on “La seule solution pour changer le monde sans violence, à la cool, c'est…

  1. Le problème c’est que ces multinationales sont gouvernées par… NOUS !

    J’entends tous les épargnants de la planète qui, hormis les Français (même si tout est fait ces jours ci pour les faire rentrer dans le rang en attaquant le système par répartition), assurent leur retraite via les fonds de pension et leurs gestionnaires (Blackrock et les autres très en cour à l’Élisée) qui sont les VRAIS détenteurs du pouvoir au sein des entreprises dont ils exigent toujours plus de rentabilité.

    Bref, une histoire de chat qui se mord la queue, comme en matière de consommation, nous sommes nos propres tyrans.

    Et ne nous délivreront de nous-mêmes que lorsque nous en aurons conscience, et donc, au lieu de toujours plus, exigerons de ceux que nous mandatons pour nous donner toujours plus de m… qu’ils passent au qualitatif, à l’éthique, digne et respectueux de notre planète et des générations futures.

    Quand… si impressionné que je sois par le niveau de conscience et la maturité politique des jeunes qui de Bagdad à Hong-Kong en passant par Alger et Santiago semble avoir compris la nécessité de se doter de mandataires au.service de l’intérêt général, bien peur que nous en passions d’abord par l’hiver nucléaire ou l’asservissement de l’ensemble de l’humanité par une poignée de “gestionnaires” qui résoudront nos problèmes écologiques par un forme d’eugénisme en comparaison duquel le nazisme passera pour de l’humanisme.

    1. Bonjour Béotien,

      Quand vous écrivez : ” Le problème, c’est que ces multinationales sont gouvernées par… NOUS !

      Je suppose que vous parlez de vous 🙂

      Parce que beaucoup de nous, sinon la très très grande majorité, n’avons aucune action chez ces firmes. Nous, on subit de plein fouet leurs coups de f… Belle journée

  2. bonjour,
    aucune chance que ça arrive, je pense (sans en être sur) que les plus pauvres n’ont pas les moyens du “prêt à manger”, ils achètent a bas prix et cuisinent. Les autres qui travaillent beaucoup, n-ont pas le temps et sont trop occupés a ressembler aux plus riches.
    Bref je suis convaincu que les petits gestes à la colibri ne sont là au mieux pour nous donner bonne conscience et au pire pour nous culpabiliser.

    Bonne journée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial