Oui, la culture d’OGM est légale en France, même en bio !

Légale, car ces OGM sont cultivés en toute légalité sur le territoire français, selon la décision de la Cour de Justice de l’Union européenne du 25 juillet 2018.


2018 aura vu une nouvelle offensive des industriels de la semence et de l’agroalimentaire – ce sont les mêmes, les mêmes actionnaires – pour imposer les OGM aux populations. Et pour nous les vendre, ils disent qu’ils ne sont pas mauvais pour la santé.

Mais dire qu’ils ne sont pas mauvais, revient-il à dire qu’ils sont bons pour la santé ? Non, bien évidemment non, c’est du marketing. Mais ils sont tellement motivés, que B A Y E R a même vendu par erreur des semences de colza OGM en France. Bilan : 2 000 hectares contaminés en 2019 dans le Loir-et-Cher…

Des dizaines de milliers d’hectares d’OGM cultivés en France depuis des années… En bio aussi 🙁

25 juillet 2018

La Cour de Justice de l’Union européenne arrête le 25 juillet 2018 :

Les organismes obtenus par mutagenèse constituent des OGM et sont, en principe, soumis aux obligations prévues par la directive sur les OGM.

Pour faire simple, deux techniques
sont utilisées pour faire un OGM

La transgenèse, à l’origine des premiers OGM, quand un ou plusieurs gènes étrangers sont implantés dans l’ADN de la cellule, et la mutagenèse, quand la plante est poussée artificiellement à muter… Et avec cette dernière technique, pendant des années, les firmes ont échappé à la législation sur les OGM en arguant qu’à l’état sauvage, les plantes mutaient naturellement pour s’adapter. Et effectivement, seule l’adaptation permet de durer dans la Nature.

Sauf qu’en l’espèce, le processus n’est pas naturel, obtenu en deux ou trois ans, il n’est pas la volonté de l’espèce mais de la nôtre ; pour satisfaire nos besoins et pas les siens.

Entendons-nous bien, l’erreur n’est pas créatrice de droit, et d’un point de vue juridique, les citoyens ont bien été abusés par l’État, des gouvernements ayant appliqué la loi avec beaucoup trop de légèreté. C’est le sens de cette décision de justice, qu’importe le procédé, ce sont tous des OGM !

Quelle suite ?

En 2013, les ONG interpellaient déjà le gouvernement sur leurs conséquences écologiques, mais il était resté sourd. En l’espèce, M. Stéphane Le Foll, ministre de l’agriculture et grand promoteur d’une certaine agro-écologie où les pesticides ont toute leur place, a fait la sourde oreille.

La suite est claire. Le gouvernement ne réagissant pas, il ouvre ainsi la porte à tous les OGM. D’ailleurs, si les firmes attaquaient l’État, elles auraient gain de cause. En effet, pourquoi continuer à distinguer les OGM suivant leurs origines, puisque les conséquences sur le terrain sont exactement les mêmes ?

Et autant certaines études (qui reniflent le lobbyisme à plein nez) cherchent à prouver que le glyphosate et les OGM ne sont pas mauvais pour la santé, autant on veut nous faire croire que des toxines insecticides produites par une plante OGM, seraient totalement inoffensives pour des pollinisateurs dont le couvain est nourri aux pollens modifiés !

En attendant, nous, on continue à nourrir le nôtre avec ; et des fœtus, des nourrissons et des enfants en pleine croissance sont aujourd’hui élevés aux OGM comme le bétail.

Pendant combien de temps le gouvernement va-t-il encore fermer les yeux ? D’autant plus qu’il est pro-européen et que cette décision est 100 % européenne.

D’un côté, le Président ne peut pas prôner une Europe agricole, et de l’autre… Bref, ne pas se positionner, c’est aussi prendre position pour et contre l’avis de la population.

3 réflexions sur “Oui, la culture d’OGM est légale en France, même en bio !

  1. Oh du nouveau blé ogm croisé avec de la pelouse ! mmh se réjouit l’estomac qui a mis des millions d’années à avoir les bactéries qui puissent digérer le blé ! Et après on va se moquer de ceux qui ont la maladie cœliaque ( intolérance au gluten ) en disant que c’est une mode.

  2. Vous écrivez : “La suite est claire. Le gouvernement ne réagissant pas, il ouvre ainsi la porte à tous les OGM”.
    Il faudrait simplement prendre en considération que la France appartient à un système “supranational”. Les traités européens ont intégré la Constitution française et s’appliquent ! Impossible de ne pas mettre en oeuvre la “politique agricole commune”. Le “gouvernement”, même s’il le voulait, ne pourrait pas “réagir”. Je ne sais pas si vous connaissez l’article 39 du TFUE : ” Article 39
    (ex-article 33 TCE) La politique agricole commune a pour but:
    d’accroître la productivité de l’agriculture en développant le progrès technique, en assurant le développement rationnel de la production agricole ainsi qu’un emploi optimum des facteurs de production, notamment de la main-d’œuvre”.
    https://eur-lex.europa.eu/resource.html?uri=cellar:88f94461-564b-4b75-aef7-c957de8e339d.0010.01/DOC_3&format=PDF

    L’appartenance de la France à l’Union européenne oblige, au plan constitutionnel, notre pays à “respecter” l’application des traités. L’agriculture, comme la pêche française d’ailleurs, doit être “productiviste” et développer le “progrès technique”. Il faut lire entre les lignes mais ceci est facilement compréhensible.

    Merci pour vos articles et livres.

  3. bonjour
    bon c’est pas si grave, lorsque le glyphosate sera interdit (rire !!!) ce colza sera comme les autres. Et puis bon c’est si grave? en ce moment un glacier gigantesque se détache du continent antarctique, il peut entraîner d’autres glaciers, au risque de provoquer une montée des eaux entre 5 et 60 m (pas très précis ces scientifiques) mais je m’en fou je suis la cote 62 m je pourrais pécher de mon balcon!!!
    En plus le colza sera noyé: problème réglé.
    bonne journée
    Bruno

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *