L’agroécologie enterrée ! Son enseignement jugé illégal en France…

Le 25 octobre 2018, coup bas de l’État qui a décidé de FREINER l’enseignement de la préservation de la biodiversité et des sols.

Article mis à jour le 15 janv. 19, suite à 2 articles du journal Libération pour contester celui-ci !



Décision n° 2018-771 DC du 25 octobre 2018

POURQUOI ?

Parce que la préservation de la biodiversité et des sols est contraire à la Constitution, enfin contraire à une alimentation saine, durable et accessible à tous !!!

Quand j’écris l’État, c’est un état de l’État, un État constitué de gens non élus, une élite, une noblesse qui juge les lois de l’État sans avoir à se justifier contrairement à de vrais juges professionnels. Le simple fait de dire que c’est anticonstitutionnel, suffit à sa peine.

Et comme du temps de l’inquisition,
la Connaissance a été punie.

Suite aux États généraux de l’alimentation lancés par le Président Macron, la loi ÉGalim était sensée… Mais au fil des débats, elle a fini par être vidée de son contenu jusqu’à la transmission des savoirs fondamentaux !

Pourquoi censurer
la connaissance ?

Pourquoi décourager plutôt qu’encourager l’enseignement de l’agroécologie dans les lycées agricoles ?

Certains diront que les crétins sont toujours promis à un bel avenir, mais comment ne pas voir le summum de la crétinerie dans cette décision, une posture idéologique qui n’aurait fait aucun ombrage aux inquisiteurs du Moyen Âge, du temps où la connaissance était muselée.

Pourquoi cette soixantaine de députés et sénateurs Les Républicains a-t-elle imploré la censure ? Qu’ont-ils dans le cerveau ? De la liquidité !

Je réagis à retardement, parce que j’ai été seulement informé de la situation il y a 2 jours, par Hélène Deloizon, une abonnée. Et je la remercie vivement car l’info était passée inaperçue dans les médias, masquée par les semences paysannes qui ont subi le même sort 🙁

Par ailleurs, nous sommes désolés, car, en guise de meilleurs vœux, nous avions décidé de vous offrir des mots pleins d’espoir. Mais voilà, le déficit de démocratie s’est encore exprimé et la stratégie politicienne a encore payé : on fait croire qu’on, mais au final, on ne change pas le cap… 🙁 Et ce communiqué de presse de BASF publié le 20/12/2018 est illustrant, comme cette démonstration sur le rôle des PESTICIDES dans leur modèle agro-écologique.


COMMUNIQUÉ

Le 9 janvier, le journal Libération
apporte de l’eau à mon moulin 🙂


En effet, présentement, je dénonçais une conséquence et une probable manœuvre politicienne ; le vice de procédure étant (certes) la cause, mais avant tout le prétexte. Mais voilà, je m’étais trompé…

POURQUOI l’article 86 a-t-il été censuré ?

Parce qu’il n’y “aurait” pas de lien entre l’enseignement des savoirs et une alimentation saine et durable : ” […] par un amendement dépourvu de lien avec le projet ou la proposition de loi “. Sachant que l’érosion des sols prend ses sources dans notre ignorance, c’est donc bien un problème de SAVOIRS, l’ignorance étant une absence de connaissances en la matière.

Et le seul REMPART contre l’érosion, c’est la préservation des sols, encore faut-il encourager son enseignement dans les lycées agricoles ?

C’est le chien qui se mort la queue, et le lien était plus sournois. En résumé, en freinant la connaissance, je réaffirme que cette décision du Conseil constitutionnel mériterait d’être attaquée sur le fond (si c’était possible)


Nouvelle réaction de LIBÉ le 11 janvier


Je rends les armes… avec ce 2ème article de Libé pour démontrer que j’avais tort, et que le Conseil constitutionnel avait raison en supprimant l’article sur l’enseignement de la préservation des sols et de la biodiversité.

J’avais tort, car l’enseignement de l’agroécologie n’a pas été jugé anticonstitutionnel au sens donné par le Code Rural qui définit l’agroécologie comme l’ambition d’une transition du secteur agricole où les pesticides, les engrais chimiques… ont toute leur place. Car, pour le législateur, l’agroécologie est comme la transition écologique, une aspiration !

Tout est dit, et effectivement, vu ainsi, vu de manière aussi flou, sans contour défini contrairement à l’agriculture biologique, j’ai eu tort. Sauf que ce n’est pas ma conception de l’agroécologie.

27 réflexions sur “L’agroécologie enterrée ! Son enseignement jugé illégal en France…

  1. Ayant aperçu le nom “GATINEAU” dans un article de “fact-checking” (une pratique journalistique bien utile vu la complexité des sociétés modernes et la nécessité de procédures de vérification des faits à cause de la foule de rumeurs et d’interprétations erronées qui courent) dans le site du journal Libération, j’ai tenu à vous prévenir d’abord sur le site jardininssolsvivants où j’avais découvert la parution du livre sur les vers de terre, ce qui m’a donné l’idee de le faire ici.
    Je vous conseille de prendre connaissance de cet article

    Il semblerait qu’il y ait un niveau de complexité aussi important dans les arcanes d’une démocratie que dans la structure d’un sol vivant ! Apres lecture attentive, la mission du Conseil Constitutionnel me semble différente de ce que avez cru. Il est vrai que la biodiversité des sols est un combat difficile à cause de bien des obstacles mais la finalité de ce Conseil semble totalement étrangère au fond de l’action qui vous anime et que j’apprecie.

    Bien à vous.
    Claude le Jardiniais
    du forum jardins-ici-on-seme.

    1. Merci Claude,

      Et je remercie également la journaliste Emma Donada de Libé.POURQUOI l’article 86 a-t-il été censuré ?

      Parce qu’il n’y a pas de lien entre l’enseignement des savoirs et une alimentation saine et durable : ” […] par un amendement dépourvu de lien avec le projet ou la proposition de loi

      SACHANT que l’érosion des sols prend ses sources dans notre ignorance, c’est donc bien un problème de SAVOIRS, l’ignorance étant une absence de connaissances en la matière. Et le seul REMPART contre l’érosion, c’est la préservation des sols, encore faut-il encourager son enseignement dans les lycées agricoles ?

      Belle journée

  2. petit extrait du site officiel du ministère de l’agriculture “Alim’agri” au 08/01/2019:
    Le projet agro-écologique pour la France lancé par Stéphane Le Foll le 18 décembre 2012 est un projet mobilisateur pour l’agriculture française.

    « “Je souhaite engager notre agriculture sur la voie de la double performance économique et écologique, pour faire de l’environnement un atout de notre compétitivité. C’est une dynamique reposant sur la force du collectif et la richesse de nos territoires, sur l’innovation et la diffusion des nouveaux savoirs. Nous allons faire de la France un leader de l’agro-écologie.” » Stéphane Le Foll, ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt.
    et
    Qui est impliqué dans le Projet ?

    Tout le monde !

    ———-
    je reste dubitatif , l’enseignement agricole dépend toujours du ministère de l’agriculture. Les sages sont séniles ou mourants , la vie des prochains sur terre les laissent totalement indifférents !!!!!!!

    1. Bonjour Pat,

      M. Le foll a été un grand promoteur d’une certaine agro-écologie qui ne renie pas les pesticides. Bien au contraire, il les a bien défendu… 🙁

      Voici la nouvelle norme agroécologique ? Écoutez. Est-ce votre conception d’une agriculture écologique ? J’en doute. Moi, non. Belle journée

  3. Celui qui a écrit cet article ne sait visiblement pas comment fonctionne les amendements, ni ce gouvernement..
    On lis “Pourquoi cette soixantaine de députés et sénateurs Les Républicains a-t-elle imploré la censure ?”
    C’est pas comme ça que ça fonctionne. Personne n’a demandé à ce que ces articles soient rejetés. C’est le conseil constitutionnel qui les vérifies systématiquement avant qu’ils ne passent au votes.
    Et c’est 9 connards, pas un de plus, qui ont décrétés que ces articles comme celui de la vente par des “particuliers” des semences libres de droits, ne pouvaient figurer dans les textes concernant “l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et une alimentation saine et durable”, puisqu’ils n’ont pas de rapport avec l’axe principal qui est “l’équilibre des relations commerciales”.
    Ce qui veut dire, qu’ils ne les ont pas jugés anticonstitutionnels❗
    Ils peuvent donc être présentés dans d’autres directives.
    Le tout est de savoir si quelques députés vont se bouger le cul pour les présentés dans un texte lié directement à l’agriculture et la protection des sols.
    Là c’est une autre histoire..
    Parce que présenter des trucs dans ce contexte, ils savaient très bien qu’ils seraient sortis par le conseil.
    C’est leurs métiers !! Ils ne faut pas les confondre avec des crétins de base.
    C’est juste pour que le peuple se disent qu’ils font leurs taf et que ça n’est pas de leurs faute.
    C’est du théâtre !!
    La liste des neufs du conseil
    https://www.conseil-constitutionnel.fr/les-membres :

    1. Raphaël,

      Tu écris : ” Celui qui a écrit cet article ne sait visiblement pas comment fonctionne les amendements, ni ce gouvernement..

      Et pourtant, tu arrives à la même conclusion que moi : c’est du théâtre, qu’une manœuvre politicienne.

      Concernant le fonctionnement des institutions, tu as fait une erreur. C’est bien à la requête d’un certains nombre de Républicains que le Conseil constitutionnel a pris cette décision.

      Pourquoi ?

      – D’abord parce que ce sont les faits qui se sont déroulés ainsi.

      – Ensuite, parce que le Conseil Constitutionnel n’intervient pas en amont des lois, c’est le Conseil d’État.

      ——

      En conclusion, tout le monde savait que ces articles, comme celui sur les semences paysannes, finiraient au panier.

      Belle journée. Cg

  4. Bonjour,
    Il faudrait m’expliquer pourquoi si c’est vraiment interdit dans l’enseignement j’ai un module en BTSA viticulture œnologie de 3heures par semaine traitant de l’agroécologie, plus un dossier à rendre ce semestre sur la mise en place d’un projet agroeco au sein de l’exploitation où je suis alternant, de nombreuses visites de terrain auprès d’acteurs qui la pratique. Le module qui traite de l’agroceologie fait partie intégrante des diplômes supérieur agricole … de plus au sein de mon lycée mon prof d’agro est a mi-temps sur lycée pour la transformation de celui ci vers une démarche agroécologique, depuis l’année dernière mise en place de compost à la cantine, mise en place d’hotel à insecte, de haies et d’espace non fauché etc …. Vous faites de plus en plus d’article buzz avec des titres racoleurs alors que l’article est vide, aucune enquete de terrain juste la prise en compte d’un texte de loi qui ne veux rien dire … décevant

    1. Clément,

      = L’article est vide me dites vous… Pourtant, il suffit de suivre les liens vers les liens documents officiels. Je ne peux pas mieux faire.

      = Vous dites également que mon travail est décevant. Comme je n’écris pas pour plaire, forcément que je déçois certains.

      ———

      En revanche, vous soulevez une excellente question : qu’est-ce que l’agroécologie ? Je suppose que vous êtes d’accord avec la définition promotionnée par BASF. Moi non.

      Un conseil : prenez le temps de ne pas lire entre les lignes.Parce que si pour vous, supprimer un article de la loi qui encourage l’enseignement de l’agroécologie, la vraie, cette agriculture SANS PESTICIDE ET SANS ENGRAIS CHIMIQUE, et qui coopère avec la biodiversité, ce n’est pas grave, alors, effectivement, je dois être décevant. Belle soirée

  5. Ue viens de regarder le lien de Sarkozy il avait bu non ?
    Il est évident comme vous le dites que la loi a été rédigée pour faire en sorte qu”elle soit refusée par le conseil d’état .Les coupables se sont les députés et les sénateurs.
    Bonne journée

  6. Ce n’est pas l’enseignement qui est censuré, mais la façon dont la loi a été fabriquée. Cela a pour conséquence d’annuler l’enseignement de l’agroecologie certes. Mais le conseil constitutionnel a statué par rapport à la forme (procédure), pas sur le fond. Ce sont les députés qui craignent, pas les juges.
    Extrait : “S’agissant du respect de la procédure législative, le Conseil constitutionnel, en application de sa jurisprudence constante et sans se prononcer sur le fond de ces mesures, a censuré 22 articles qui avaient été introduits par amendement en première lecture sans présenter de lien, même indirect, avec le projet de loi initial (« cavaliers »), soit les articles 12, 21, 22, 31, 32, 33, 34, 35, 36, 37, 39, 40, 41, 42, 43, 49, 56, 58, 59, 60, 78, 86 et 87.”

    1. Bonjour Damien,

      Votre désinvolture interpelle.

      Si j’ai bien compris, vous nous dites que les députés (tous avocats), l’Assemblée nationale, le Sénat, les sénateurs et le gouvernement, tous méconnaissent le DROIT.

      Même le Conseil d’État qui conseille le Gouvernement pour la préparation des projets de loi, ordonnances, décrets…

      Effectivement, ça fait une belle somme d’incompétence…

      Je ne crois pas à cette version, je penche en faveur d’une stratégie politicienne parce qu’ils nous prennent pour des cloches merde, des riens, des sans-dents…

      ———————

      Alors que la préservation des sols devrait être une priorité absolue, bien avant le climat, car, sans sol, pas de nourriture…
      pourquoi ces Républicains ont-il fait un point d’honneur à entraver les apprentissages, sauf à mépriser, comme leur chef historique, l’agroécologie, un truc de bobos. (vous vous souvenez)

      Nicolas Sarkozi : Le seul but de l’agroécologie est de détruire notre puissance agricole

      Belle journée. Cg

    2. Honnêtement je ne comprend rien à votre charabia de juriste mais les choses sont claire : à moins d’être un lapins de six semaines il es évident que cette décision s’oppose à un changement de monopole commercial ceux qui on pris cette décision sont très certainement touché directement ou indirectement par le marcher tel qu’il est actuellement et n’ont aucun intérêt à ce que les choses changent, il n’y a aucune hérésies juste une cupidité morbide en prenant ce genre de décision on condamne les générations à venir sur l’hôtel de l’économie, seule compensation c’est que à moins d’ignorer l’histoire, tout ce paye… Un jour où l’autre. Patience.

  7. Pour moi les nouvelles connaissances apportées par l’agroécologie sont aussi révolutionnaires que celles défendues par Galilée en son temps. Il n’est guère étonnant que les “grands prêtres” du moment essaient de la retoquer. A l’heure du net, c’est juste prendre le risque de faire très rapidement la preuve de leur obscurantisme … Ce sera peut-être, un jour, l’occasion de réaliser que notre constitution est absolument obsolète tant pour défendre le respect de ses citoyens (écologie sociale) que celui de la planète et de ses écosystèmes.

  8. Enseignant en agronome, je n’attends pas le sommet pour discourir sur les concepts intelligents, rassurez vous !
    Je prends du temps pour enseigner en m’appuyant sur SEGUY/SCHREIBER/Bourguignon…
    Ma grande difficulté réside dans notre exploitation du lycée support de nos travaux….
    “fâcheuse suffisance que suffisance pure livresque” (Montagne)
    Accrochons nous pour essaimer les bonnes pratiques

    1. M. Pignerol,

      Si j’ai bien compris, vous dites qu’il y a un fossé entre votre enseignement et les travaux pratiques sur l’exploitation. En l’espèce, ça pose souci, raison pour laquelle nous avons besoin d’un engagement politique et législatif clair comme de l’eau de roche.

      Et pour l’instant, du côté de la biodiversité, l’arsenal est là, mais pas l’application… 🙁 Belle journée

  9. Bonjour,

    Merci pour cet article Christophe,

    C’est assez incroyable en effet ! C’est tellement gros que c’est difficile à croire pour moi. On nous dirait ça en face en face entre gens normaux, on se dirait, mais il est vraiment c** celui-là ?

    Mais c’est tellement enrobé par des réunions officielles, un jargon étrange, et de toute façon on a l’impression que nous n’y pouvons rien, que ça ne pousse pas à réagir.

    Cela me conforte dans la pensée “Ne t’attaque pas au système, démode-le”.

    Mais je pense qu’il est aussi très bon que ceux qui se sentent bien avec ça, le dénonce et l’attaque.

    Les alternatives à ce système là existent, les démarches peuvent être différentes mais converger vers les mêmes envie d’autres systèmes.

    A chacun de les créer à son échelle, de planter des jeunes pousses et de voir ce que cela donne 🙂

    A vos semis, prêts ? feu … Partez !

    1. Jeune pousse de permaculture,

      Ce n’est pas un peu long comme prénom composé… 🙂

      Je crois savoir, après avoir consulté le Soleil et la Terre, qu’il n’y a pas d’alternative. Nous n’avons pas d’autres choix, notre espèce doit coopérer avec les autres car elle fait partie du système.

      Et l’alternative qui a consisté à couper nos liens comme on coupe un cordon ombilical, ne fonctionne pas.

      C’est peut-être dommage, mais c’est ainsi, les dommages sur notre environnement sont trop considérables 🙁

      Belle journée. Cg

  10. Bonjour,
    L’article 86 précise que l’enseignement agricole doit contribuer à l’éducation à la préservation de la biodiversité et des sols.
    cet article d’après nos “sages” est anticonstitutionnel !?
    Là ! on atteint le sommets de la débilité (plus exactement de la sénilité)
    Bonne année.

  11. Il faut lire la décision du CC, et en particulier le considérant n° 45 : “Introduites en première lecture, les dispositions des articles 12, 21, 22, 31, 32, 33, 34, 35, 36, 37, 39, 40, 41, 42, 43, 49, 56, 58, 59, 60, 78, 86 et 87 ne présentent pas de lien, même indirect, avec celles qui figuraient dans le projet de loi déposé sur le bureau de l’Assemblée nationale. Adoptées selon une procédure contraire à la Constitution, elles lui sont donc contraires.”

    Il n’y a aucune illégalité à enseigner l’agroécologie. C’est juste que nous avons affaire à des branquignols de députés et de sénateurs qui, au mépris de la constitution, introduisent dans des projets de loi des dispositions qui n’ont rien à y faire. Et qui sont forcément déclarées inconstitutionnelles, non pas pour leur contenu (il n’y a pas de grand complot contre l’agroécologie), mais pour la méthode législative utilisée.

    Le projet de loi déposé par le gouvernement, suite aux états généraux de l’alimentation, comprenait 17 articles (http://www.assemblee-nationale.fr/15/projets/pl0627.asp)

    Après que les députés et sénateurs s’en soient donné à coeur-joie pour donner suite à toutes les demandes, y compris les plus farfelues car il faut bien faire plaisir à l’électeur, la loi qu’ils ont finalement voté en comprend… 98 (plus de 5 fois le nombre d’article initiaux) dont pas moins de 23 n’ont rien à voir avec l’objectif de la loi : “l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine, durable et accessible à tous ”

    Rien n’empêche députés ou sénateur de déposer une proposition de loi sur l’enseignement de l’agroécologie, ou de profiter d’un projet de loi sur l’enseignement agricole pour y introduire l’enseignement de l’agroécologie, et celui-ci passera le cap du Conseil d’Etat sans aucun problème. Mais il faudrait déjà pour cela qu’ils fassent leur boulot correctement…

    1. Cher Michel,

      j’entends vos arguments et je vais y répondre.

      Je ne les ignorais pas, mais en qualité de citoyen, seul le résultat m’intéresse.

      En 1er lieu, vous auriez dû rappeler que le maître à penser de ce groupe de Républicains, M. SARKOZY, avait déclaré que le seul but de l’agroécologie était de détruire notre puissance agricole. Video

      C’est un détail qui a son importance dans leur requête.

      Sur la vidéo-surveillance dans les abattoirs, ils ont été moins pointilleux. Bref, vous avez raison, ce n’est pas le sujet.

      ———————————————————————–
      Vous écrivez à propos des élus : “nous avons affaire à des branquignols de députés et de sénateurs

      Vous enfoncez le clou : “Après que les députés et sénateurs s’en soient donné à coeur-joie pour donner suite à toutes les demandes, y compris les plus farfelues car il faut bien faire plaisir à l’électeur…”

      Pour vous, les semences paysannes sont comme l’enseignement de l’agroécologie, un truc farfelue… ou de chevelus.

      ————–

      Bref, tout est dit. Personne n’est dupe, c’est de la manipulation.

      Sur le coup, pour apaiser les ardeurs, on fait semblant… sachant qu’au final, des intouchables mettront les mesures à la poubelle en toute discrétion. Belle journée.

  12. M. Gatineau bonjour et très bonne année anécique. C’est quoi le conseil Constitutionnel? Depuis 1958 un groupe de 9 cons et d’anciens Présidents de la République enfin ceux qui ne sont pas morts soit, un idiot, un parkinsonien et un justiciable. Les 9 sont élus je crois pour 1/3 par le Président de la République, 1/3 par le Président du Sénat et 1/3 par le Président de l’assemblée ce qui nous vaut l’ incroyable photos où nous pouvons admirer les garants de la sagesse de nos institutions. Ces joyeux drilles ont le pouvoir exorbitant de censurer tout projet de loi débattu et agréé par notre assemblée Nationale ( les représentants du peuple) mais attention…..uniquement sous l’angle de l’inconstitutionnalité. C’est le motif des articles censurés dont celui qui nous vaut votre colère.(je vous laisse découvrir le motif de la censure). Lorsqu’une institution censure ou laisse censurer indûment un enseignement des savoirs c’est parce l’enseignement de ces savoirs à la limite peut représenter (et encore) un danger particulier pour les individus que représente et protège cette institution. est ce le cas ici? Revenons à nos moutons, certains savoirs ou plutôt certaines vérités se diffusent rapidement aujourd’hui et commencent à inquiéter les entreprises de l’agro-chimie. Mais là pour eux l’enseignement des savoirs est inconcevable car il prépare les nouvelles générations des enfants de leurs clients à d’autres façon de faire à d’autres techniques à plus d’autonomie et surtout à une réconciliation avec leur environnement d’où ils sont hors durablement hors jeux. Revenons à nos moutons, comment ces entreprises peuvent-elles de l’extérieur censurer un projet de loi? Et bien sans paranoïa je vous affirme que leurs lobbys se sont assurés de la complicités des 9 cons au minimum la suspicion est énorme.
    C’est bien par l’information et la prise de conscience de la société civile que la pression se fera pour chasser les 9 cons (c’est possible car le bien fondé du CC et même du Sénat est régulièrement évoqué, l’état doit faire des économies?). Changer de bêtas au Palais Bourbon.
    Tout ça pour dire à nos vers de terre que pour 2019 ils doivent être un peu patients et compter sur nos action individuelles mais heureusement de plus en plus nombreuses. Cordialement R NARCE 599

    1. « Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est pour le peuple, et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs »

      Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1793

      Les récents événements ont prouvé l’efficacité d’une action collective. Les actions individuelles sont sûrement moralement rassurantes mais restent conformes à l’idéologie dominante qui justement valorise l’individu dans ses succès et ses échecs
      Concernant l’environnement en général et le ver de terre en particulier , on n’a pas vraiment le temps
      Bonne journée

    2. Bonjour,

      Vous avez raison Bruno, mais le Conseil constitutionnel n’est pas le gouvernement, c’est l’astuce politique. Les lobbys ont plusieurs leviers pour agir. Et ce dernier est remarquable.

      Quant aux mouvements des gilets jaunes, mouvement auquel vous faîtes référence, la reprise en main est spectaculaire !

      À un chien qui grogne, donnez lui un os à ronger, et il revient dans sa niche 🙂 Belle journée

    3. Bravo pour ce commentaire, j aime beaucoup c est simple ne rien attendre de nos politiques c est un cadeau que nous devons nous faire pour aller vers cette autonomie, il est temps de faire par nous même, lorsqu un enfant ne se reconnaît plus dans les mécanismes de ses parents c’est que sa conscience évolue et il lui faut quitter le navire, le mieux c’est de dire merci à ces anciens, car ils ont permis ce passage et de mettre en oeuvre ce renouveau. Faisons le ce nouveau monde
      Nous avons mon mari et moi créé une petite ferme depuis 10 ans sur les fondations de l agroecologie avec le soutien de Pierre RABBHI après avoir passé plusieurs années a lire ses livres et progressivement nous sommes passés de chauffeur routier et esthéticienne à producteurs et transformateurs de fromages de chèvre, vache et idem en laines angora. De la Normandie à la hte Corrèze il n’y avait qu un pas et de la Belle maison longere et confortable aux yourtes sobres et écologiques aussi. …tout est possible si nous voulons apprendre mais avant il est souhaitable de purger nôtre mental. La vie s en charge lorsqu on est prêt

  13. bonjour, j’ai eu du mal a le croire alors je suis allé voir . C’est effarant !. Il y a d’ailleurs quantité de choses qui sont anticonstitutionnelles ; la vente de semences libres de droit etc C’est c… a lire mais instructif
    BONNE ANNÉE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *