À vous, les Vieux, je ne vous dis pas merci !

Les jeunes ne sont pas rancuniers, car nous, les vieux, nous leur léguons un monde de merde.

Tous nous en avons croqué, et sans remord ni culpabilité, même pas une once, nous léguons à nos enfants des océans plastiques, des pôles qui fondent, une atmosphère chargée en carbone, des sols stériles, une érosion galopante, et des bombes à retardement comme les déchets nucléaires ou la surpopulation.

Bref, si j’étais jeune, d’entendre tous ces vieux continuer à penser à leur petit confort ou à leur putain de retraite qu’ils ont bien mérité, vu comment ils ont saccagé la planète, je leur dirais : FUCK YOU ! Et même bien profond si j’étais vulgaire, car vous nous avez dépouillé jusqu’à l’os. Dommage que je sois vieux, autrement, je me serais bien défoulé sur cette racaille 🙂

Mais cette jeune femme qui m’a écrit suite à la lecture de mon Éloge du ver de terre, d’abord, elle n’est ni grossière ni énervée, seulement dépitée par son héritage ! Et si nous l’avions amputé de son droit le plus universel, le droit de se reproduire, son droit à être une maman !!!

Commentaire
sur l’Éloge du ver de terre

Je m’appelle Shéhèrazade, j’ai 24 ans, et je suis étudiante en FLE spécialité anglais/allemand et arabe. Et il est vrai que je n’ai pas l’habitude de ce genre de lecture sur le ver de terre. Aussi, quand une amie m’a surprise en train de lire votre livre, elle a secrètement ricané… Mais  peu importe, j’étais déjà lancée, alors je suis allée jusqu’au bout de l’ouvrage.

J’ai tout de suite senti que vous mettiez du cœur à la défense et à la reconnaissance du petit animal, et j’ai trouvé cela particulièrement touchant.

Dès lors que l’on est plongé dans cette lecture, par moment truffée de termes techniques mais essentiels à la bonne compréhension de la cause animale, on ressent profondément qu’il faudrait se pencher un peu plus sérieusement sur le sujet, et c’est la raison pour laquelle je suis partie après à la chasse aux informations sur votre site.

Par ailleurs, tous ces éloges soulèvent des questionnements quant à notre rôle dans l’environnement, et quel avenir nous est réservé, à nous les jeunes.

  • Pourquoi devrions-nous payer les pots cassés ?
  • Pourquoi nos enfants n’auront-ils pas la chance de connaître certaines espèces animal qui auront disparu ?
  • Quel avenir réserve t-on à nos enfants ?
  • Est-il responsable d’en avoir ?
  • Sommes-nous la génération sacrifiée ?
  • Devons-nous nous priver du désir d’avoir des enfants ?

On sent la galère arriver, mais ça n’a l’air d’affoler personne ! TRISTESSE

Derrière la situation dramatique que vous dénoncez Mr Christophe GATINEAU, vous avez su garder une part d’humour et de lucidité !

De plus, plusieurs thèmes sont abordés : environnementaux, politiques, religieux … Croyante et pratiquante, j’ai trouvé intéressant d’y trouver des éléments contraires à mes pensées et d’en décortiquer le sens. Tout est donc à méditer !

Enfin, et en référence au dialogue entre vous et le ver de terre que j’ai trouvé particulièrement pertinent, je pense proposer cette lecture à mes élèves afin de les sensibiliser à cette cause de manière « ludique ».

Bonne continuation M. GATINEAU, vous avez tout mon soutien !

L’éloge du ver de terre est en librairie

6 réflexions sur “À vous, les Vieux, je ne vous dis pas merci !

  1. Bonjour,
    Je suis Camille et j’ai 23 ans. Certes les anciennes générations nous laissent un bordel sans nom, qui me brise le cœur chaque jour. Mais dans ces générations il y avait aussi des gens comme nous, qui chaque jour faisaient en sorte de nettoyer la planète. Mais les autres sont trop happés par la société, par la consommation et leur petit monde égoïste. C’est triste et ça me met en colère…
    Mais bon à quoi bon blâmer les anciens, cela ne changera rien, malheureusement… Ce qu’il faut, c’est tous ensemble, faire des gestes simples pour limiter la casse, d’essayer de réparer les dégâts. Et ensemble, ouvrir les yeux à ce qui portent encore leurs œillères.
    Un jour tout cela changera, je l’espère et j’y crois !!

  2. On est tous le vieux de quelqu’un !
    À 20 ans le cerveau n’est pas fini et si ces jeunes ont foi en la technologie, c’est que leurs parents (40-naires, 50-naires) leur ont appris cela.
    J’ai 35 ans, j’ai vu mes parents regrettaient l’ancien mode de vie, sans gâchis, sans envie marketée mais surtout ne rien faire et tout attendre des politiques.
    “C’est pas ma faute, j’aimerais bien mais je peux point.”
    Bah moi, j’ai décidé de prendre mon indépendance petit à petit, ma famille me prend pour 1 folle ou 1 rêveuse. Je crois que je suis une résistante (je ne suis pas seule, il y a des réseaux). J’imagine que dans 10 ans, tout le monde dira qu’il était résistant de la 1ere heure aussi !

    1. Tu as bien raison Eve, c’est donnant vie a ses utopies qu’on change les choses!!!
      Trop facile de mettre la poussière sous le tapis.
      Ce qui est fait et fait, faut foncer, envoyer chier cette oligarchie de merde, et se retrousser les manches.
      L’indépendance et l’autosuffisance et une nécessité.
      Continuez comme ça!!

  3. Bonjour,
    Nous ne vivons visiblement pas sur la même planète: je suis vieux et prof de lycee pro , mon fils est en fac et a 20 ans, je connais ses amis. Bref, des jeunes j’en vois pas mal. Soit ils s’en fichent et consomment un maximum (s’ils en ont les moyens) soit ils ils ont ont foi aveugle dans la technologie qui va régler nos problèmes d’énergie. bref “ça n’a l’air d’affoler personne” comme dit Shéhèrazade.
    Le rapport Meadows date du début des années 70 il prédisait ce qui est en train d’arriver, René Dumont le premier ecolo des présidentielles prédisait déjà les problèmes d’eau pour la fin du siècle dernier, il s”est un peu trompé c’est au début de ce siècle que ça se produit (60 départements français en restriction d’eau).
    J’entendais encore récemment un ministre ; je ne sais plus lequel, ils sont interchangeables; dire qu’on ne devait pas opposer croissance et environnement, notre nouveau ministre de l”agriculture reprend les thèses des faux paysans et dire qu’il n’a pas été établi scientifiquement que le glyphosate était dangereux.
    C’est la grande mode de nous accuser nous les consommateurs, de tous les maux, le plastique , la pollution, le plastique etc .. Nous culpabiliser c’est la stratégie mise en place pour que tout continue. 2% de croissance c’est 2% de ressources consommé” de plus par ans , a ce rythme on double la consommation tous les 35 ans, Avez vous entendu un dirigent ou un trader a 400000€ par ans parler de décroissance, moi non.
    Certain veulent croire qu’avec leur petites mains ils vont changer le monde, ça ne se passera pas comme ça! ni les jeunes ni les vieux ne changeront massivement de mode de vie nous ne sommes pas formatés pour cela.

    1. Bonjour Canadas,

      Finalement, je partagerais à 100 % votre commentaire si vous le l’aviez pas commencé par accuser les jeunes de laxisme.

      Ensuite, vous avez constaté que ma petite intro se termine par 🙂 , ce qui, clairement, montre que je taquine comme du temps où le dimanche, nous allions taquiner le goujon, ces bestioles qui se font aujourd’hui rares à cause de la négligence des vieux !

      Belle journée à vous

  4. J’ai ce genre de pensée aussi parfois, une rage contre la génération de mes parents qui n’ont rien senti venir, ou alors si peu. Et contre moi-même, de mon impuissance.
    Je suis vieille aussi maintenant – bientot 60 – et j’en ai croqué moi aussi. Ai fait des enfants et des voyages baba cool. Pris l’avion pas cher. Participé à des manifs écolo depuis mes 14 ans. Acheté des bagnoles, des gadgets et des fringues… Bref.

    C’est vrai, quelle tristesse!

    Aujourd’hui, a mon échelle, j’essaye de “réparer” tant bien que mal sur le morceau de terre que j’occupe depuis 10 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *