L’Éloge du ver de terre est à paraître !

Édité par Flammarion, Éloge du ver de terre sortira en librairie le 19 septembre. C’est la raison pour laquelle certains articles directement liés au sujet ont été supprimés ou restreints sur le site. Mais il en reste… 🙂

Le contenu

L’objet a été d’écrire un livre nerveux qui raconte une histoire ; une histoire dont le ver de terre commun est le héros ; une histoire qui dérange le lecteur sans jamais sombrer dans l’anthropomorphisme.

Mon intention a été qu’au fil des pages, il prenne conscience que la distance qui le sépare du lombric terrestre n’est pas si grande. Que l’humain et le ver de terre ont des intérêts communs, même des intérêts économiques par la valeur ajoutée par leur transit intestinal, des points de convergence comme le régime alimentaire. Et cerise sur le gâteau, ils partagent la culture avec une autre espèce.

Je précise que toutes les informations soutenues dans cet ouvrage sont sourcées (CNRS, INRA…)

Alors, ça pose la question de la conscience, et en l’espèce, en a-t-il une ou peut-il raisonner ? Et contre toute attente, la réponse a été clairement donnée dès le 19eme siècle, validée depuis par de nombreux travaux scientifiques.

Un animal
doué de sensibilité !

Mais prendre en considération cette donnée comme une découverte agronomique majeure, demanderait une telle révolution culturelle, religieuse et intellectuelle, que le lombric terrestre risque de rester longtemps comme une chose à cheval sur le monde végétal, minéral et animal.

Au mieux, il sera reconnu comme un outil ou un maillon au service d’un système agricole soutenable. Même le législateur français refuse encore aujourd’hui de lui reconnaître le statut d’animal.

Le premier scientifique qui a eu l’audace de s’engager pour le ver de terre et de s’interroger sur son intelligence, c’est Charles Darwin. C’était il y a presque 150 ans, et depuis, c’est quasi le désert en  dehors de Marcel B. Bouché. Lire l’article écrit sur ce dernier par le pédologue Gilles Domenech.

Pour ma part, les preuves sont trop nombreuses aujourd’hui pour ne pas voir le lombric terrestre comme un animal doué de sensibilité.

Vers la fin
du ver de terre ?

Colonne vertébrale des sols vivants, première biomasse animale terrestre, le ver de terre est l’auxiliaire le plus précieux pour une agriculture durable. C’est un fait, l’avenir des sols repose donc sur ces laboureurs infatigables créateurs du complexe argilo-humique, qui en permanence rajeunissent les sols.

Mais voilà, depuis 50 ans, les populations s’effondrent au point d’être passées dans certaines régions française de grandes cultures, de 2 à 4 tonnes de poids vifs à 50 kg !

Et l’effondrement continue, accentué par l’industrialisation de l’agriculture. Et les populations s’effondrent d’autant plus que les vers de terre ne bénéficient d’aucune protection, d’aucun plan d’actions national ou européen et d’aucune mesure dans la loi pour la reconquête de la biodiversité.

En conclusion, ce livre cultivera un propos pédagogique et positif, parfois drôle (enfin, j’espère…), un point de vue qui oscillera entre microcosme et macrocosme, seul moyen pour saisir que l’effondrement des populations lombriciennes dépasse très largement la seule vie des sols.

Grandes lignes

  • Le ver de terre dans l’écosystème
  • De l’agriculture organique à la chimie
  • La culture de l’intrant
  • La fertilité, une histoire de cacas
  • Le sol est-il animal ou végétal ?
  • Des laboureurs infatigables
  • Un omnivore opportuniste
  • Mange-t-il de la viande ?
  • Un agriculteur singulier
  • L’art de fabriquer ses fromages
  • Des scientifiques témoignent
  • Le film qui changea notre vision
  • La vie sexuelle du ver de terre
  • Un bien commun, une espèce à protéger
  • La culture des préjugés
  • Le ver de terre dans la campagne présidentielle
  • Quel est son avenir dans le futur de l’agriculture ?

Épilogue

Sensibiliser le monde agricole. Pour développer une meilleur collaboration entre ces créateurs de fertilité et les pratiques agricoles ou maraîchères, nous portons un projet visant à sensibiliser les agriculteurs et les futurs agriculteurs sur son intérêt agronomique.

Ce projet a été déposé dans le cadre de l’appel à projets d’initiative citoyenne lancé par le ministère de la Transition écologique et solidaire : Lire. Également, n’hésitez pas à vous inscrire avant le 28/02/18 pour faire partie du jury citoyen et soutenir ce projet.

Et enfin, si vous voulez participer à cette aventure, n’hésitez pas à prendre contact. Le petit peuple des vers de terre vous remercie par avance. 🙂

 

5 réflexions sur “L’Éloge du ver de terre est à paraître !

  1. C’est évident ! et si l’on savait qu’une prairie avec suffisamment de vers de terre dans le sol c’est 16 cm d’eau évacuée par heure, le problème des inondations seraient presque résolu !
    Georges Cantin

  2. Bonjour Christophe,

    Quand tu dis “Le film qui changea notre vision”, tu penses à quel film. Pour ma part je présente en SVT à mes élèves le film “les intestins de la terre”. J’essaye de didactiser des ressources autour du ver de terre, des sols, etc…. et je suis impatient de lire ton nouveau livre. As-tu l’intention de faire des conférences autour du sujet?

    Nicolas

  3. bonjour.
    2 questions : votre livre est-il complémentaire à celui de M Bouchet ?
    quelle sera exactement la fonction du jury citoyen proposé ?
    pour ma part, sur une partie des fermes de mes parents et grands parents je sensibilise tous les acteurs aux VDT.
    sur ma parcelle, depuis 4 ans env., que mon père n’a jamais enrichie avec de la chimie, je constate une très belle vie souterraine…
    elle augmente chaque année avec mes apports de BRF BREF BREFT et couverture de foin, que j’ai à profusion…
    je viens de relancer un vieux kaki abandonné depuis 30 ans, en le taillant et en lui faisant un apport BREF BREFT. malgré le froid (600 m d’altitude Alpes du Sud) j’ai constaté hier que les vers de terre sont abondants sous cette couverture de 30 cm !!!
    continuez votre action !! bravo

    1. Bonsoir,

      Pour répondre à votre première question, complémentaire, oui, mais ce sera un autre point de vue. Je ne peux pas vous en dire plus. Quant à votre seconde question, le jury élira les projets les plus pertinents.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.