Newsletter du solstice du soleil levant

UNE BONNE ANNÉE

11 143, est le pic de visiteurs atteint le 28 décembre en une seule journée.
Et avec 80 000 lecteurs, Le ver de terre, une espèce à protéger est devenu l’article phare du Jardin-Vivant ; reléguant à la seconde place Les idées reçues sur la butte de permaculture.


CURIEUX, DÉSOBÉISSANT ET PATIENT
COMME UN PÉCHEUR À LA LIGNE.

Telle était la devise de ROBERT DOISNEAU, humaniste et photographe à ses heures perdues. Parce qu’il est sain de perdre le plus clair de son temps dans un monde qui ne l’a plus et qui courre après comme si le temps avait un sens. Cette devise, chaque citoyen devrait la faire sienne tant elle est pleine jusqu’à la goule de ce bon sens paysan qui nous ancre les deux pieds sur la Terre.


Le saviez-vous ?
Le ver de terre fait des provisions comme l’écureuil !

Restaurer et entretenir ses populations de vers de terre – 5/12


Publiés pendant l’automne

Le ver de terre, un bien commun – 4/12

 

Le ver de terre nous le dit, écoutons-le ! 3/12

La sexualité du ver de terre mise à nue – 2/12

Le ver de terre, une espèce à protéger – 1/12

 

Paroles de jardiniers : Valo Dantinne, agroécologiste


MERDE AUX GÉNÉRATIONS FUTURES !

Le monde lègue aux générations futures la surpopulation et le réchauffement climatique, deux mamelles toxiques pour une humanité sereine.

MERDE, les gens sont dégueulasses…

OUI, il y a des solutions mais elles sont incompatibles avec la NATURE HUMAINE, avide de pouvoir et de l’argent qui l’investit de sa toute puissance. Voir le film Avant le déluge

⇒  Entre GOUPIL et la POULE, qui est l’auxiliaire, qui est le prédateur ?

– Pour le ver de terre, l’affaire est vite pliée. En peu de temps, quelques poules dans un jardin peuvent anéantir toute une population de vers de terre… qu’il faudra des années à reconstituer ! Et à commencer, par les laboureurs quand ils viennent à la surface pour brouter. Pour le jardinier, la poule est un parasite qui détruit ceux qui créent son sol. Tous les gallinacés devraient être proscrits dans un jardin car ils détruisent la biodiversité par les ravages qu’ils font sur la faune du sol. Quant au RENARD, c’est un merveilleux auxiliaire. Savez-vous que son régime alimentaire est principalement constitué de campagnols et autres rats taupiers ? Un renard roux peut consommer jusqu’à 2000 campagnols par an, et de 6000 à 8000 toutes espèces confondues.Lire cet article du collectif ALEPE

Et pour finir, un DICTON Charentais :

Pour ne pas que le renard mange tes poules,
faut qu’il niche à côté du poulailler…

 

⇒ 2 LIVRES À télécharger : Rôle des vers de terre dans la formation de la terre végétale par Charles DARWIN et Lombriciens terrestres d’Edmond PERRIER.


⇒  27 m2 = surface de sol qui disparaît en France TOUTES LES SECONDES.

Et pas à cause de l’érosion ! En effet, contrairement à l’eau, le sol n’a pas d’existence juridique. C’est-à-dire qu’il n’est pas reconnu par la LOI. Aussi, pour le législateur, la BIODIVERSITÉ DES SOLS n’existe pas ! AUCUNE DIFFÉRENCE entre un sol vivant et un sol inerte, minéral ou caillouteux. De la même manière il a 30 ans, aucune distinction n’était faite au niveau de l’eau, entre une rivière polluée et une non polluée. Depuis, les choses ont changé pour le meilleur.


⇒ COMMENT LES RACINES DES PLANTES perçoivent les inondations et y répondent ?

 » Des chercheurs du CNRS et de l’INRA viennent de découvrir un mécanisme permettant à la plante d’ajuster sa croissance en fonction des conditions d’inondation des sols… On savait déjà les racines capables de percevoir séparément de nombreuses propriétés du sol comme la disponibilité en eau, en nutriments et en oxygène… » Lire la suite


Le saviez-vous ?

 

Quand vous achetez un produit bio, il n’est pas bio à 100 %…
Il est bio à plus ou moins 95 % !
Mais que contiennent les 5 % restants ?
Mystère et boule de gomme.

La seule réponse à tout ce fourbi,
c’est de consommer LOCAL

—————————————————————-

  • LIMACES : de la stupidité de vouloir les éradiquer comme de les nourrir en croyant qu’une fois qu’elles auront fini leur assiette, elles vont tranquillement attendre le prochain service. La grande erreur de la lutte contre les ravageurs des cultures, est d’avoir voulu ÉLIMINER LES PARASITES. Un échec retentissant qui n’a fait qu’affaiblir la biodiversité. À noter que tous les animaux VÉGÉTARIENS sont des prédateurs des cultures, et tous les insectes carnivores nos alliés… Dans la lutte, la seule voie durable est de contrôler et RÉGULER les populations de ravageurs à l’exemple des limaces. Pour notre part, c’est le ramassage qui reste le meilleur moyen.
  • LE CARTON EST-IL TOXIQUE POUR LES SOLS ? Selon une étude du gouvernement, on trouve dans le carton des traces notables de composés d’huiles minérales. Et La présence de PHTALATES et BENZORÉPHÉNONE quasi-systématiquement pour les cartons produits à partir de fibres recyclées. Quant à la colle, elle est composée de BORAX et d’amidon de maïs souvent OGM… Outre la déforestation et l’usage de grandes quantités d’EAU, de PÉTROLE et d’ÉNERGIE NUCLÉAIRE pour le fabriquer, on utilise de nombreuses substances chimiques pour fabriquer le papier à cartons ; des substances toxiques à l’origine d’émissions polluantes dans l’air et l’eau… En conclusion, utilisé dans certaines techniques de permaculture comme la lasagne, ce carton est-il sain pour les vers de terre ?
  • L’HERBORISTERIE toujours victime du lobby de la pharmacie. Même Samuel Hahnemann le créateur de l’homéopathie, avait subi les foudres du lobby des pharmaciens au début du 19eme siècle…. Interdisant aux médecins à l’époque, à ne plus préparer leurs médicaments homéopathiques.
  • Et si les plantes étaient des ÊTRES SENSIBLES ? Une conférence amusante et des preuves accablantes qui s’accumulent tous les jours pour remettre en cause notre conception du monde et du vivant. Je n’écris pas cela pour affamer les végans et les végétariens… Même si dernièrement pour avoir seulement posé la question dans un article, certains végans se sont allégrement gaussés alors qu’eux-mêmes ne supportent l’être des omnivores. Chacun oublie que pour être vivant, la vie dévore la vie. Autrement nous mangerions des cailloux !
  • SUCRE

  • Et s’il était plus dangereux que les pesticides ? Il y a des questions sérieuses qu’on devrait sérieusement se poser. Par exemple, il y a quelques temps quand j’ai donné un HARIBO à mon chien, mon voisin m’a traité de criminel. Et pourtant lui, il achète à ses enfants les mêmes… Moi, j’ai donné un bonbon à mon vieux chien mais est-ce que mon voisin donnerait de la cocaïne à son jeune enfant ? Le CNRS a démontré que le sucre était aussi addictif que la cocaïne. Même les produits BIO ou AB contiennent souvent des sucres rajoutés pour vous rendre accrocs et à crans…. REFUSER de manger du sucre blanc ou brun, même du miel, car il n’a jamais été démontré que le miel était bon pour la santé, sauf pour les plaisirs du palais, serait un acte citoyen plus fort qu’un simple bulletin dans une urne. Regardez l’enquête d’Élise Lucet sur l’univers du sucre.
  • JAMBON

  • Parents, éviter d’offrir un CANCER COLORECTAL à vos enfants en bannissant le sacro-saint jambon blanc de leur alimentation ! Une excellente émission d’Élise Lucet qui démontre clairement et avec humour comment l’industrie agroalimentaire manipule les ministères de l’agriculture et de la santé en cultivant le bénéfice du doute. Mieux, il contrôle ouvertement l’Assemblée Nationale allant jusqu’à écrire les amendements aux élus pour faire changer les lois à leurs bénéfices. Et le film montre, images à l’appui, leurs procédés…
  • LOBBYING

  • L’éditeur NATHAN et le groupement des semenciers proposent d’accompagner gratuitement les professeurs de SVT de tous les lycées de France et de Navarre.Et dans leur premier cahier pédagogique, on peut lire : LES BIOTECHNOLOGIES VERTES SONT L’AVENIR. Par exemple, les SEMENCES OGM et les cellules de synthèses sont directement issues des biotechnologies vertes. Il est écrit que ces dernières années, notamment grâce aux biotechnologies vertes, de nombreuses variétés améliorées ont permis d’apporter des colzas, blés, maïs, espèces fourragères et potagères, adaptées à de nouvelles zones de production, plus résistantes et parfois plus goûteuses…Joli mensonge au sujet des bénéfices des OGM. L’objectif affiché des biotechnologies vertes est d’améliorer la résistance du végétal tant aux insectes qu’aux virus ou encore aux herbicides en modifiant leurs gènes. On est très loin de l’agriculture biologique, de la permaculture et de l’agroécologie ! Bon sang de bois, mais pourquoi les corps d’inspection de l’Éducation nationale ont-ils validé ce projet ?

 



Publié le jour de l’équinoxe


IL Y A 2 ANS, lors du lancement de ce site, un conseillé en communication m’avait conseillé de cultiver le positif pour durer ! Dis aux gens ce qu’ils veulent entendre, pas ce qu’ils devraient savoir  m’avait-il dit…

La culture du positif

Mais la culture du positif pour cacher la misère, ce n’est pas mon truc. Même l’INRA lui voue aujourd’hui un culte en bénissant la permaculture pour redorer son image. L’INRA, l’art et la manière de courir après 2 lièvres… Ils sont trop forts ces conseillers en communication !

Les réseaux sociaux s’emballent et on se félicite de cette reconnaissance en oubliant que l’INRA est la caution scientifique de l’agriculture chimique et industrielle,. L’INRA surfe sur la vague de la permaculture, mais finalement, combien sont-ils au sein de cette institution à l’acclamer ? Et à reconnaître qu’ils se sont trompés ?

La beauté rend productif

C’est le titre du communiqué de presse de l’INRA pour l’annoncer. Je suppose le choc pour un céréalier de la FNSEA lisant que la beauté augmenterait ses rendements. Quelle indélicatesse à l’égard de ceux qui boivent ses paroles comme du petit lait !

BEAUTÉ : manifestation physique du beau. Si les plantes sont sensibles au beau, c’est-à-dire à l’harmonie des couleurs, des formes et des volumes, cela indique clairement que ce sont des êtres sensibles capables d’émotions. Une véritable révolution de la conscience scientifique et un chavirage complet de l’INRA.

CHIFFON : mais une chose me chiffonne. Outre que l’hyperlien mentionne l’agroécologie et pas la permaculture… tiens comme c’est bizarre, pourquoi ? c’est la même chose 😀 Le communiqué est rédigé tout en nuances puisqu’on y parle seulement de techniques issues de la permaculture et autant agroécologiques qu’agroforestières.

BIO PERMACULTURE : son ministère de tutelle avait même décerné une médaille à la bio permaculture en 2013. Pourquoi bio, je l’ignore. Mais depuis, le ministère a changé de cheval comme on retourne sa veste pour enfourcher l’agro-écologie. Pas l’agroécologie que vous connaissez, mais celle avec un trait d’union comme pour mieux détacher l’écologie en cas de besoin. Quels farceurs ces hauts fonctionnaires agricoles !

Bonne lecture. Christophe Gatineau

 


Le dicton du jour : La vérité est une impasse. 竹灵



Pour fêter ses 2 ans,
nous vous offrons plein de cadeaux dont

Conversation avec Pierre Rabhi


Plaidoyer pour une fusion de la permaculture et de l’agroécologie

Paroles de jardiniers : Julien Delmas

Paysages sonores : des jardins à écouter

Des BRÈVES

coquelicot
UN COQUELICOT s’est pris pour une ROSE !.

COMMENT NOURRISSEZ-VOUS VOTRE SOL ?

Savez-vous qu’aujourd’hui on ignore toujours comment enrichir un terrain sans en appauvrir un autre ? En d’autres mots, on ne sait pas fertiliser un champ sans en dé-fertiliser un autre… Alors que la fertilité est à la base de l’agriculture.

C’est comme avant l’invention du fil à couper le beurre. Avant on faisait n’importe quoi pour le couper car on ne savait pas qu »avec un fil c’était si facile…

Et sans aucune malice, on peut dire dans la même veine, que même permaculturelle ou agroécologique, toutes les agricultures en sont toujours à leur préhistoire ! Et l’idée qu’il faudrait imiter l’écosystème forestier est un mensonge, puisque qu’une forêt est auto-fertile uniquement si on y prélève rien. Ni bois ni fruit ni feuille.

Ceci étant, la grande idée de l’agriculture moderne a été de ne plus nourrir ses sols mais d’alimenter seulement ses plantes. Même l’agriculture bio l’a imitée, raison pour laquelle elle n’est pas plus une agriculture durable comme le bio intensif.

Et vous, comment remplissez-vous l’intestin des plantes ?


Grâce aux pesticides,
vous économisez votre nettoyant vitres !

Au chapitre des petites économies qui passent inaperçues, plus besoin de s’arrêter pour nettoyer son pare-brise quand on roule à la tombée de la nuit… Et même pendant la nuit, tous ces papillons qui venaient s’écraser il y a encore 30 ans, parfois par centaines, ont disparu.

Envolés si j’osais !

Pendant l’été, nous avons fait le trajet Limoges les Pyrénées sans qu’une seule bestiole vienne se crasher… Je vous invite à lire l’article de Vincent Albouy à ce sujet : Le verdict du pare-brise.

Dire que lors des Estivales de la Permaculture à Montreuil, j’ai participé à une table ronde sur la biodiversité où étaient présents 5 chercheurs du muséum d’histoire naturelle de Paris. De la graine de frileux et de carriéristes, puisque tous se sont retranchés derrière la Science pour soutenir qu’aucune étude scientifique n’avait mis en évidence un effondrement de la biodiversité… Eh oh, essayez le test du pare brise la prochaine fois que vous serez de bonne foi !


En 2012, l’agroalimentaire a remplacé
la ruralité au ministère de l’agriculture…

Passé inaperçu, cet événement rompt définitivement le lien qui rattachait l’agriculture à la ruralité, la campagne et la nature. Et le conflit d’intérêt est flagrant, le ministère de l’agriculture étant également le ministère de l’agroalimentaire, c’est-à-dire le ministère des industriels qui exploitent les exploitants agricoles, les agriculteurs, les paysans, les maraîchers… enfin ceux qui produisent notre alimentation.

Bref, depuis la sortie de la Seconde Guerre Mondiale, l’industrialisation de l’agriculture déroule son tapis au grand jour et indépendamment des pouvoirs politiques.

Et à la tête du Ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, les ministres de Gauche et de Droite se succèdent sans que la politique de développement agricole ne change. La politique agricole, serait-elle insensible à l’élection et à la démocratie ? La question reste ouverte


LACTALIS, c’est aussi LACTEL LE LAIT BIO !
Le bio business, le bio qui tue le bio.

À l’époque dans la canton où je suis né, Saint-Agnant-les-marais, il y avait 2 coopératives laitières. Et en France, plus de 3800 cantons… Pas besoin de calculette pour comprendre qu’ils y en avaient beaucoup partout et que toutes ces coopératives étaient au SERVICE de leurs producteurs.

Aujourd’hui, c’est l’inverse ! !!! Les producteurs sont au service de quelques groupes financiers qui se partagent le marché Français, dont Lactalis le géant mondial.

Et dans cette crise, le ministre de tutelle des producteurs de lait est le même que celui de Lactalis… Et qu’a répondu le ministre aux producteurs ? Je ne peux rien faire !

Logique dans le cadre d’une industrialisation de l’agriculture…
En complément : https://reporterre.net/Crise-du-lait-une-victoire-en-trompe…



FAIRE SES GRAINES DE TOMATES EN 2 MINUTES !
C’est très facile, rien de plus simple.

  1. Prenez une tomate mûre et coupez la en 4 ou en rondelles épaisses.
  2. Avec la pointe de votre couteau, faites tomber dans un verre les graines avec un peu de pulpe. Puis mangez le reste de la tomate…
  3. Laissez ensuite les graines dans leur jus quelques jours à l’air libre et dès l’apparition de moisissures, lavez les dans une passoire fine. Sécher puis ensacher, c’est fini.

Comment CHOISIR SA TOMATE À REPRODUIRE

D’abord le goût puis l’aspect, le rendement du pied, sa résistance aux maladies et particulièrement au mildiou, sa résistance à la sécheresse… C’est de cette manière que les paysans ont sélectionné au fil des siècles des variétés adaptées à leur terroir.

L’exemple du MELON CHARENTAIS.

De tradition dans toutes les fermes des Charentes, on cultivait le melon. Voilà comment procédait mon père : il conservait temporairement toutes les graines de ses melons lorsqu’il les coupait en tranches. Puis, si le melon était bon, les graines étaient données aux poules.

Par contre, si le goût était exceptionnel, les graines étaient mises à sécher pour être ressemées l’année suivante. Simple et efficace.

→ DES SEMENCES GRATUITES ! ASTUCE. Une variété de tomate vous attire sur un marché. Si ce n’est pas une variété hybride, achetez en quelques unes, et avant de les manger, récupérer les graines.

LE CONSEIL DU MOIS : En septembre, tailles tes pieds de tomate pour améliorer tes rendements !

Un autre regard sur la taille des tomates



 

LUTTE contre les dégâts de FRELONS sur les fruits.

Là où les populations de frelons européens sont encore nombreuses, ils font de gros dégâts sur les pommes à partir du mois d’août et jusqu’à la récolte. POURQUOI ?

→ Autrefois les anciens RÉGULAIENT les populations car cet animal n’a pas de prédateurs en dehors de la bondrée apivore.

→ Aujourd’hui plus personne ne le fait, d’autant plus que c’est payant…

→ Et à cette saison, autant LES ESSAIMS SONT FORTS, autant la nourriture est rare en dehors des fruits.

Mais RÉGULER N’EST PAS ÉRADIQUER car cet insecte joue un rôle majeur dans l’équilibre des écosystèmes. TECHNIQUE

Ces 20 dernières années, j’ai essayé plein de techniques sans succès réel. Sauf, celle basée sur son comportement puisque entre-eux, ils sont agressifs, bagarreurs, territoriaux et JALOUX.

Dés qu’ils arrivent sur un arbre, je coupe une bouteille plastique en 2, puis je prends une pomme tombée que je coupe et écrase dedans à la main. Et enfin, j’attache mon piège au bout d’un bambou de 3 ou 4 m que je dispose dans l’arbre. Une fois le premier frelon pris, les phéromones et le bruit qu’il fait dans la bouteille, attirent les autres.


TECHNIQUE NATURELLE de lutte
contre le frelon asiatique.

Avec un morceau de poisson cru !

D’emblée, on stigmatise aujourd’hui cet insecte alors qu’il est beaucoup plus zen que son cousin européen. Certes, c’est un mangeur d’abeilles comme le frelon européen, mais il est totalement INNOCENT dans l’effondrement des colonies d’abeilles.

LE RESPONSABLE, C’EST L’HUMAIN et particulièrement les apiculteurs… Ceux qui ont industrialisé la production de miel comme si l’abeille était une vache !

Ceci étant, cette année Vincent Albouy a expérimenté une technique autant astucieuse que simple et pleine de bon sens.Avec un morceau de poisson cru, il les attire, puis en capture un à qui il va donner à manger un poison organique (biodégradable). Une fois relâché, le malheureux va aller empoisonner sa reine à son insu !


C’est la saison,
faîtes vos PLANTS DE POMMES de TERRE pour 2017 !

Faire, j’exagère, puisqu’il sont déjà faits ! En effet, la SEMENCE de pomme de terre, ça n’existe pas… puisqu’une variété de pomme de terre ne se conserve pas en graines mais vivante ! Et sa durée de vie hors sol est plus ou moins de 6 mois…

Oui, les pieds de pommes de terre produisent des graines mais pas de la semence de la variété du pied mère. Et autant de variétés différentes que de graines...

Contre les idées reçues :

  • Une variété de pomme de terre ne DÉGÉNÈRE PAS.
    Aussi, vous pouvez replanter toute votre vie les mêmes tubercules si cela vous chante… Enfin une partie de ceux récoltés l’année précédente.
  • Les vieilles variétés seraient plus résistantes au mildiou. FAUX. Des Rolls Royces comme la Ratte ou l’Institut de Beauvais sont ultra sensibles et imposent de traiter contre.

Faire ses plants de pommes de terre


Newsletter du 9 août 2016

Il fait sec depuis des semaines et les nuits ne sont pas très chaudes…
Record le 15 juillet à 6:30 avec 1°C !

Autre tomate en pleine poire, l’article sur la taille des TOMATES.

  • Un pur moment de bonheur à consommer ICI
  • FIN DE LA PÉTITION pour demander la création d’une Autorité Indépendante d’Évaluation des Pesticides.

Malgré prés de 3000 signataires, 6 mois après le lancement de cette pétition, force est de constater l’échec. C’est dommage, peut-être regrettable mais c’est ainsi : peu de personnes veulent une information indépendante de tous les lobbys.
Pour en savoir plus.

Ceci étant,
je vais continuer à produire des articles pédagogiques pour inlassablement dire qu’il nous faut tous RÉ-CONCILIER notre intérêt personnel avec l’intérêt collectif. Et rappeler que les pesticides comme les OGM et les cellules de synthèse, au delà de l’agriculture, sont tous porteurs d’un modèle de société imposé et insoutenable.
 
  • DÉCOUVERTE

L’urine fermentée contre l’altise des crucifères.

Lors de l’épandage d’une dose starter d’urine – Cf. article sur urine et santé des plantes – sur le sol de plantules de raves de Treignac, raves qui par ailleurs commençaient à être sérieusement attaquées par les altises, nous avons remarqué un effet secondaire très intéressant : les altises étaient fortement perturbées, à tel point qu’une semaine après, notre culture de raves est sauvée.

Le lendemain, nous avons pulvérisé de l’urine fermentée également sur les choux et avec un résultat spectaculaire comparé aux fermentations de plantes ou au savon noir.  Sont-elles allergiques à l’ammoniaque ?

Mortes ou seulement repoussées ailleurs, nous ne le savons pas.