Pesticides, cultivons les affinités

Dans la conquête de l’opinion publique, les promoteurs des pesticides sont les plus forts et les épandages massifs progressent tous les ans depuis 50 ans. En face, une armée mexicaine ne cesse d’accumuler revers et défaites, incapable de contenir leur avancée.

Du grand art

Et sur le plan communication, si les uns en sont encore à l’âge de la Pierre, leurs adversaires sont à la pointe comme en témoigne cette campagne d’information sur l’Écologie et les sols vivants orchestrée par MONSANTO. C’est du grand art, avouons-le.

Comment comprendre toutes ces associations, luttant contre les pesticides à l’exemple de GÉNÉRATIONS FUTURES, d’ASPRO PNPP ou d’Alerte Médecins Pesticides, qui ont censuré la pétition pour la création d’une autorité indépendante d’évaluation des pesticides.

Business is business

Réponse de la LIGUE CONTRE LE CANCER : « Étant nous-même engagés dans ce combat, nous ne pouvons relayer votre pétition sur notre page… car cela pourrait perturber et perdre notre public. » La messe est dite. L’information pourrait faire perdre la tête à leurs clients. Ben voyons, business is business. 😛

Pour encourager à cultiver ce qui nous rapproche plutôt que ce qui nous éloigne, Christophe BICHON plaide pour une culture des affinités. Je laisse la parole au plaideur.


Christophe BICHON : Lors de sa grande conquête sur le territoire de la vieille Europe, l’armée Romaine tomba sur un os en Écosse. Là où habituellement les tribus celtes guerroyaient les unes contre les autres, elles avaient réussi à s’unir contre l’ennemi commun.

Leur résistance fut telle que l’Empire décida de la construction d’un mur gigantesque pour se protéger de ces Barbares. Le mur d’Hadrien subsiste encore à l’état de ruine en de rares endroits, preuve qu’un combat collectif peut amener de grandes victoires et renverser le cours de l’histoire.

Face à ce fléau insidieux que représentent les pesticides et qui nous concerne tous, il serait grand temps de faire front commun car il circule une foultitude de pétitions à propos des pesticides.

L’EXEMPLE DU DDT

Pour rappel, l’interdiction du DDT aux USA intervient en 1972, soit 10 ans après la publication de l’ouvrage visionnaire et fondateur du mouvement écologiste, Printemps silencieux de Rachel Carson. Le DDT fut interdit en raison de sa haute toxicité et immédiatement remplacé par d’autres produits tous autant toxiques et qui furent à leur tour interdits puis à nouveau remplacés…

Et en règle générale, les interdictions prennent du temps, et quand ils sont interdits, les produits ressurgissent en cocktail avec une composition légèrement différente de celle ayant entraîné leur interdiction.

QUI FAIT AUTORITÉ ?

Le problème actuel est l’absence d’Autorité indépendante du pouvoir politique et des puissants lobbies. Et beaucoup d’études dirigées vont même jusqu’à annoncer avec l’ironie du marchand d’armes que les pesticides contribuent au maintien de la biodiversité, à la réduction de la pollution et au bien-être des agriculteurs.

Le gouvernement quant à lui se range derrière ces études partiales et fait tout pour éviter la colère de ce monde agricole sous perfusion de subventions, suit les directives européennes souvent orientées par ces mêmes lobbies infiltrés dans les coulisses du pouvoir à Bruxelles.

LA TIMIDE ANSES

À ce jour, la sécurité sanitaire est assurée par l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) qui demeure bien timide dans ses recommandations, évitant soigneusement le terme d’interdiction.

OGM

La bêtise humaine semble illimitée et ne pas savoir tirer de leçons de ses nombreuses erreurs, tant les systèmes politique, économique et financier empêchent le citoyen de s’informer et de se prononcer librement.

La seule étude scientifique indépendante sur les OGM menée par le professeur Séralini fut traînée dans la boue grâce à une campagne orchestrée par Monsanto. Quant au Haut Conseil des Biotechnologies, il préfère rester à l’écart…

BIODIVERSITÉ

La dangerosité des pesticides reste trop souvent abordée par le bais des insecticides et de leurs impacts aisément quantifiables et visibles sur l’abeille domestique. Mais il ne faudrait pas oublier les autres pollinisateurs (abeilles sauvages, bourdons, papillons, mouches…) et les victimes indirectes situées en fin de chaîne alimentaire ou touchées par l’empoisonnement de leur milieu de vie (batraciens, passereaux, rongeurs, rapaces, petits carnivores…)

L’érosion de la biodiversité demeure en grande partie liée aux pesticides : le parasite est détruit au même titre que son prédateur et que les auxiliaires qui passaient par là et n’avaient rien demandé à personne.

DIVISER POUR MIEUX RÉGNER

Il serait dommageable de se retrouver dans la situation ubuesque de ces syndicats passant leur temps à s’opposer les uns aux autres pour la plus grande joie du Patronat, ravi de diviser pour mieux régner.

Et le milieu écologiste, politique et associatif, n’est pas en reste avec ses luttes de pouvoir intestines et ses égos disproportionnés, plus attachés à leur petite personne et à leurs intérêts qu’au bien commun.

Une Autorité Indépendante des lobbys

Nous demandons donc avec Le Jardin Vivant, la création d’une Autorité Indépendante d’Évaluation des Pesticides afin de régler cette question majeure des pesticides de manière pérenne et durable.

9 réflexions sur “Pesticides, cultivons les affinités

  1. Bonjour

    Je viens ici poser une question.
    Je vends des semences sur Leboncoin , je reçois aujourd’hui le courrier d’ un acheteur, et oh, j’ai la surprise de voir que celui- ci est au nom de Semences de France à la Chapelle d’ Armentieres.
    Qq1 ici peut- il m’en dire plus sur eux ?
    Que peuvent- ils vouloir faire avec ces semences, ( fleurs), des monstres ?

  2. Est ce que le seul fait de ne pas reconnaitre la validité d’une pétition (aussi légitime soit-elle) peut nous amener à jeter le discrédit sur les auteurs de ce renoncement ? Moi, je ne le pense pas.
    Néanmoins, je soutiens la pétition de « jardin vivant ». J’aimerais qu’un texte court et fort puisse être imprimé de façon à être distribué dans les campagnes, pour encourager les citoyens à signer cette pétition.

    1. Bonjour Duval,

      En quoi cet article jette le discrédit sur ceux qui discréditent notre action et nous mettent des bâtons dans les roues au lieu de collaborer ?

      Par ailleurs, vous suggérez d’imprimer un tract pour le distribuer dans les campagnes. Nous consacrons tous nos loisirs à faire la promotion de cette idée et à nous déplacer pour expliquer…

      Nous ne pouvons pas faire plus. Par contre cette idée ne nous appartient plus, et chacun peut la faire sienne et la porter plus loin.

      Belle journée.

  3. Ben alors!

    Où êtes-vous les ALTERNATIBA, les Indignés, la Nuit debout, les ZADistes et tous ces collectifs qui militent pour la protection des êtres humains, de la planète et qui soit disant ne veulent plus du système actuel !

    Vous l’alimentez bien ce système car vous n’êtes solidaires que de votre propre cause.

  4. Bonjour Christophe,

    cela me désole de voir qu’ils ne suivent pas le mouvement, c’est incroyable, fou, scandaleux et honteux de leur part ! je ne comprendrais décidément jamais ce monde.

    1. Bonjour Sandrine,

      Hé oui, le pouvoir de l’argent et l’argent du pouvoir gouvernent le Monde, et même le petit monde de l’Écologie ! Belle journée à vous

  5. Voilà qui est limpide ! Les choses sont claires, malheureusement.

    Du discours pseudo-humano-écologiste aux actes, il y a un grand pas.
    Mais maintenant au moins, ces associations qui ne pensent qu’à leurs petits intérêts ne pourront plus jouer les hypocrites !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.