C’est la dose qui fait le poison (1)

Quand Paracelse l’écrit, il était loin de se douter que sa phrase deviendrait une maxime à la gloire de l’industrie chimique.

 Moi-même, je l’ai cru pendant longtemps parce que notre professeur de phytopharmacie nous la martelait sans cesse.

C’EST LA DOSE QUI FAIT LE POISON. A l’époque de Paracelse, c’est-à-dire au 16ème siècle, c’était assez juste, mais au 21ème, c’est complètement faux. Une absurdité.

La dose fait le poison, mais le poison est fait également de toutes petites doses qui s’ajoutent, et d’atomes et de molécules qui s’agglomèrent pour devenir de redoutables poisons. C’est l’effet cocktail. Les mélanges peuvent avoir des conséquences plus toxiques à de faibles doses que de simples effets additifs.

Dire que la dose fait le poison, veut dire qu’avec une dose X j’ai un effet Y, et qu’avec une dose X1, j’aurai un effet Y1. Parfois c’est vrai, mais le plus souvent, c’est faux. A noter que l’homéopathie a été édifiée en grande partie sur ce principe de la similitude.

A cela, il convient de rajouter que la dose réponse n’est jamais ou rarement linéaire, avec des effets observés à des doses faibles ou élevées, mais pas aux doses intermédiaires… Au final, ce sont de véritables cocktails Molotov qui sont balancés à l’aveugle dans notre environnement.

C’est la dose qui fait le poison (2)

Une réflexion sur “C’est la dose qui fait le poison (1)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.