La technique du pisser dans l’arrosoir

Comment fertiliser gratuitement et efficacement son jardin avec la technique du « pisser dans l’arrosoir ». Une manière également de ré-importer sur site une partie de la matière organique exportée ; une technique à la portée de tous, même si le genre féminin se positionne dès le départ avec un handicap …

 Comparison of harvest with urine as fertiliser for maize Photos by Sara Derouich, GIZ-AGIRE (Sept. 2012) "Témoin sans fertilisants" is French for "control without fertilisers". http://www.susana.org

http://www.susana.org

http://www.susana.org

http://www.susana.orgPhotos Sara Derouich, GIZ-AGIRE sept. 2012  www.www.susana.org

Reportage photographique sur l’utilisation de l’urine en agriculture

Sur les photos ci-après, la jardinière démontre qu’elle a su viser juste en suivant à la lettre le protocole qui consiste à stimuler la vie dans  la terre par un arrosage régulier d’un mélange d’eau additionné de 25 % d’urine fraîche au pied de ses légumes tous les 15 jours ; un arrosage complété par un binage pour oxygéner la terre et lui apporter de « l’air ».

betterave

carotte

Dans son cas, utilisant une terre en location, quasi inerte et fortement minéralisée, le binage a été la seule solution à court terme pour combattre la battance. En effet l’oxygène est indispensable aux bactéries et aux champignons qui accompagnent le développement racinaire. En dessous de 5 % d’oxygène, le développement des racines est stoppé... Moins de nourriture pour la plante =  affaiblissement de son développement et de son système immunitaire.

Et dans ce contexte si peu favorable à la culture, elle a récolté grâce à l’urine, de gros légumes tendres dont plusieurs carottes de plus d’un kg et une betterave de 3,2 kg.

Article associé : L’urine, un fertilisant à portée de la main

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.